Une question de responsabilité


Trad.: Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


Ainsi, Tulkarem est de nouveau entre nos mains, et aussi Gaza, Jenine, et
Bethleem. En une operation combinee, pratiquement sans victime israelienne,
nous avons prouve qu’il etait possible de rejouer la guerre des Six Jours en
deux jours, et faire recommencer l’Histoire. Tout ce qui reste a faire, c’est d’investir Naplouse et Hebron en quelques heures.

En pratique, il n’y avait aucune necessite de conquerir ces endroits. Le
“message” (le nouveau concept justifiant toutes les guerres) avait deja ete
envoye aux Palestiniens. Les images montrant des policiers palestiniens
errant sans but devant des portes defoncees ou des toits creves, comme a
Beyrouth, ou de familles en deuil en quete d’un nouvel abri, attestent de la
“victoire” israelienne.

Les Palestiniens ont “gagne”, eux aussi. De nouveau, ils sont occupes, et de
nouveau, nous sommes responsables d’eux. L’Autorite Palestinienne ne
fonctionne plus, et la rhetorique militaire disant qu’il n’y a aucune intention de provoquer son ecroulement, mais seulement de lui mettre la pression, n’a aucun sens. Quand l’Autorite palestinienne ne peut plus fournir de services sanitaires ou sociaux a ses habitants dans les endroits controles par Tsahal, quand les ecoles sont fermees et qu’il est impossible d’acheminer un produit vers un marche, dans ces conditions, le fait que Yasser Arafat soit encore a la tete de l’Autorite palestinienne ne veut plus rien dire.

La responsabilite incombe a l’occupant. Mais Tsahal a un truc. Il occupe
l’endroit pendant trois jours, puis s’en va, puis le reoccupe pendant quatre
jours, puis s’en va. Il detruit l’infrastructure civile, et secoue la poussiere. De cette facon, le gouvernement pense pouvoir se liberer de toute responsabilite envers la population occupee. Ce stratageme a deja ete teste au Liban, sans succes.

Au debut, Tsahal ne faisait que “penetrer” dans les zones, puis venaient des
operations de plus longue duree, et pour finir, l’occupation pleine et entiere, accompagnee d’un mode d’emploi pour instaurer un “nouvel ordre politique”. La conclusion est qu’il n’est nul besoin de l’Autorite palestinienne. De fait, la vision du futur du gouvernement devient de plus en plus claire. Des milliers de soldats, de tanks et de vehicules blindes vont circuler dans les rues occupees, et servir de cibles ideales a tout Palestinien arme.

Aucune autorite centrale ne pourra exercer son controle sur ces operations
de guerrilla, meme si elle le veut. Chaque village, chaque ville aura ses
propres bandes armees, qui n’auront plus besoin de franchir la Ligne Verte
de 1967. Les cibles seront dans leurs locaux, dans la rue, sur les toits, ou
sur la colline a cote. Chaque village, chaque ville verra une concurrence
entre les differentes banches armees de l’OLP (qui va du coup renaitre de
ses cendres), les milices du Tanzim, du Hamas et du Djihad Islamique, et
toute autre organisation qui voudra prendre part a la guerre de liberation
nationale. Contrairement a la precedente occupation (qui ne s’est jamais
terminee), la population palestinienne n’aura cette fois nulle part ou fuir.

Ils ne pourront plus travailler en Israel, comme ils le faisaient aux temps “civilises”. Ils ne pourront plus emigrer en Jordanie, car la Jordanie ne les laissera pas traverser le Jourdain. Ils ne pourront plus rever d’une expulsion au Liban, car la frontiere Nord est si sensible que tout mouvement suspect embraserait immediatement le secteur. Et Israel, comme chacun sait, ne veut qu’un front a la fois. Que fera une population captive, sans ressources, sans ecoles ni hopitaux, qui comprendra que sa generation est perdue?

Ariel Sharon pense qu’ils agiteront le drapeau blanc. Mais les Palestiniens
sont aussi capables d’agiter d’autres drapeaux. Ils se disent prets a sacrifier une generation pour leur independance, et si besoin est, une autre generation encore. C’est la seule ressource dont ils disposent. La question qui se posera alors est de savoir qui Israel accusera quand un autre missile Kassam frappera Kfar Saba ou Sderot. Pas besoin d’attendre que l’Autorite palestinienne evacue la Muqata, nous pouvons commencer a nous poser laquestion des aujourd’hui, en anticipant le prochain attentat terroriste, parce qu’a partir de maintenant, Tsahal gere la securite des habitants d’Israel dans les territoires, et Sharon en est responsable. Encore.