L’année de la chute


[->http://www.haaretz.com/hasen/spages/376186.html]

Haaretz, 26 decembre 2003


27 ans apres le premier basculement politique en faveur de la droite, il
n’est pas impossible que 2004 marque un second renversement. Les prochaines
elections sont prevues pour 2007, mais il est douteux que l’actuelle
coalition dure au-dela de l’annee qui vient. Au moment ou toutes les valeurs
s’effondrent, ou des peres continuent a enterrer leurs fils, ou le
terrorisme est appele “la routine des atttentats”, 2004 est mur pour un
renversement. L’annee de la chute.
Pourquoi maintenant et pas il y a un an? Parce que l’histoire nous enseigne
que le systeme digestif de l’opinion est tres lent. Sa loyaute est plus
grande que son desir de punir sur-le-champ un gouvernement defaillant. Le
Maarakh (precurseur du Parti travailliste) a ete reelu trois mois apres le
terrible echec de la guerre du Kippour. Il a fallu 29 ans, huit campagnes
electorales, une accumulation d’echecs, des milliers de morts pendant la
guerre d’usure et celle du Kippour, la corruption au plus haut niveau de
l’Etat, et une revolte du public pour que l’electeur soit mur pour punir le
Maarakh. Israel n’en crut pas ses oreilles quand a 22h01, le journaliste de
television Haim Yavin declara : “Messieurs, c’est un renversement!” Punition
tardive, mais fatale.

Depuis 27 ans, pendant lesquels le Likoud a donne le ton au gouvernement,
Israel s’est consacre a creer des colonies juives dans les territoires,
destinees a creer une situation irreversible en Cisjordanie et dans la Bande
de gaza, et aux yeux du monde, nous sommes devenus des occcupants et des
oppresseurs. Le declin s’est accelere avec la politique obtuse et brutale
d’Ariel Sharon, au cours d’une periode ou des initiatives diplomatiques
s’offraient a nous. La situation, economique, sociale et securitaire, est
desastreuse. Mais l’opinion n’est pas pressee de punir ses dirigeants. Au
contraire : aux elections de janvier dernier, sur des slogans de paix et de
securite, le Likoud a rafle un million de suffrages, le double des
travaillistes. Fort de l’immense soutien dont il a beneficie lors de ses
deux elections, Sharon aurait pu realiser de grands changements, mais au
lieu de cela, il a persiste dans sa politique brutale et sans compromis de
terreur contre terreur.

On se souviendra de l’annee 2003 comme l’une des pires qu’ait connues ce
pays. Israel est sur la liste des pays qui mettent en danger la paix dans le
monde, et le probleme de la cloture de securite est arrive a la Cour
internationale de justice de La Haye. L’intifada et les attentats suicides
ont seme la destruction dans tous les domaines de la vie quotidienne. Le
crime est partout, et les accusations de corruption frappent a la porte de
Sharon.
Dans tous les domaines, la situation de l’individu est devenue pire que
jamais. la politique de Sharon mene a une impasse, avec pour horizon le sang
et le feu. Il n’est pas anodin que des chefs presents et passes du Shin Bet
declarent en public qu’il n’est pas possible pour l’armee de “gagner”. Ou
que des pilotes de combat et des hommes des unites d’elite “Sayeret Matkal”
refusent de servir dans les territoires parce que, a leur avis, l’occupation
corrompt.
Le mecontentement couve a tous les niveaux envers un premier ministre a
propos duquel la question se pose de sa capacite a fonctionner. Alors que,
de plus en plus, on a l’impression que les choses ne peuvent pas continuer
ainsi, il ne fait pas de doute qu’un changement de gouvernement est la, sous
la surface.

(…)

On ne connait pas le prochain dirigeant. Appelons-le Mr X, si vous voulez.
Mais il existe, potentiellement. Quand le bouillonnement de l’opinion, les
reorganisations au niveau politique et le mecontentement se conjugueront en
une volonte de punir un regime defaillant en le renversant, la personne
adequate pour mener ce changement sera trouvee.