Yaël Perlov au festival « Proche-Orient, ce que peut le cinéma ? »

Thème : Comprendre l’Autre Culture, langue et conflit

par Tal Aronzon

http://www.quepeutlecinema.com/inde...

http://www.quepeutlecinema.com/inde...

Édition et traduction : Tal Aronzon pour La Paix Maintenant

Programme et horaires en pdf joint.

Dans le cadre de la 5e édition du festival Proche-Orient, ce que peut le cinéma ? qui a pour objectif de « voir comment le cinéma peut aider Israéliens et Arabes à se connaître davantage, à se réconcilier et envisager un avenir de paix ensemble » seront projetées samedi 10 et dimanche 11 décembre, aux Trois Luxembourg (67 rue Monsieur-le-Prince, M° Odéon ou Luxembourg), trois séries de courts-métrages réalisés à l’initiative de Yaël Perlov – dont les deux dernières, dimanche, en sa présence.

Fille de David Perlov, « le géant maintenant disparu du cinéma israélien », enseignante au célèbre département de cinéma de l’université de Tel-Aviv, directrice artistique et productrice, proche de La Paix Maintenant, Yaël Perlov pratique un cinéma engagé dans la redéfinition des rapports israélo-palestiniens.

SAMEDI 10 DECEMBRE 2011 :

Projection du samedi 10 décembre à 18 h :

Coffee between reality and imagination (Le café, entre réel et imaginaire)

résulte de la collaboration cinématographique entre jeunes réalisateurs israéliens et palestiniens qui ont créé une série de 8 courts-métrages sur le thème du café : 2 documentaires et 2 films de fiction réalisés par des Palestiniens ; 4 films de fiction par des Israéliens.

Chacun de ces films donne avec courage le point de vue personnel de son auteur sur la réalité dans laquelle ils vivent tous :

« Comme un petit café sur Strangers Avenue [l’avenue des Étrangers]. C’est de l’amour... ouvert à tous. » (Mahmoud Darwish).

Seront projetés :

Sense of Morning (Sensations matinales), de Maysaloun Hamoud (9 mn) La dernière nuit du siège de Beyrouth, en 1982, un jeune poète palestinien se démène pour arriver à sa cuisine, où pratiquer le rite quotidien du café et de la cigarette.

A trip to Jaffa (Un voyage à Jaffa), d’Eytan Sarid (14 mn) Ali et Jamal, maçons palestiniens sans permis se retrouvent à Tel-Aviv suite à une erreur d’itinéraire, et se perdent dans les profondeurs de la jungle urbaine.

A cup of coffee from Palestine (Une tasse de café de Palestine), de Kareem Karaja, Ameer Ahmawa et Murad Nassar (8 mn) Histoire d’une tasse de café dans le camp de réfugiés d’Al-Amari, où un vieil homme est assis dans un café de la rue principale.

Israël, 2010 - Directrice artistique et initiatrice du projet, Yaël Perlov ; Production : Yoav Shavit, Dept cinéma et TV de l’université de Tel-Aviv.

DIMANCHE 11 DECEMBRE 2011 :

Jérusalem moments / éditions 2009 et 2011

Le projet démarre en 2007 en partenariat avec la Cinémathèque de Jérusalem. Ir Amim (La cité des peuples), une association sans but lucratif ayant pour objectif de faire régner à Jérusalem plus d’égalité entre Israéliens et Palestiniens sélectionne chaque année un certain nombre de réalisateurs pour traiter ce sujet au cinéma.

Jérusalem moments / édition 2009 (à 14h)

7 films se sont ainsi centrés en 2009 sur la vie quotidienne à Jérusalem, dont 3 seront projetés dimanche 11 à 14 h, en présence de Yaël Perlov :

Ghetto Town (La Ville-ghetto), d’Amber Farès et Avi Goldstein (11 mn) Le camp de réfugiés de Shuaffat, en lisière de Jérusalem, pris entre la ville et la Cisjordanie, est devenu surpeuplé, un no-man’s land suant les ordures, la drogue et la violence. De la lutte quotidienne pour la survie et l’identité, G-Town émerge.

Bus (Autobus), de Yasmine Novak (10 mn) On trouve des univers parallèles dans la ville de Jérusalem. Aux côtés d’Egged, le réseau national d’autobus israélien, il y a les bus publics palestiniens, verts et blancs. Les passagers montent et descendent, vivant leur vie dans un monde complexe de règles, de murs, de soldats et de permis.

Nine to Five (De neuf à cinq), de Daniel Gal (18 mn) Le voyage de nuit, les hauts murs, l’escalade en rappel, les barbelés, la peur d’être arrêté, et même la mort qui menace, tels sont les obstacles auxquels font face les Palestiniens travaillant illégalement en Israël.

Israël, 2009 - Directrice artistique Yaël Perlov ; Production : Yariv Moser (Moser film) et Yaël Perlov.

Jérusalem moments / édition 2011 (à 16h)

À travers 3 films qui seront projetés dimanche en présence de Yaël Perlov, l’édition 2011 s’est axée sur le travail de trois jeunes leaders palestiniens pour faire changer la vie dans leur milieu :

Green Dreams (Rêves en vert), de Natasha Dudinski et Irit Eshet (26 mn) Safaa Alayan a 23 ans. Elle a grandi à Jérusalem-Est, et s’est toujours préoccupée de l’absence dans son quartier d’arbres, d’aires de jeux, de gazon... tout ce qui existe dans le quartier juif de l’autre côté de la rue. Safaa décide de prendre les choses en main.

Behind the Wall (De l’autre côté du Mur), de Murad Nassar (20 mn) Kafr Aqab se situe entre Jérusalem et Ramallah. Même si la localité se trouve dans les limites municipales de la Jérusalem réunifiée, elle est de l’autre côté du mur, là où les résidents vivent au milieu d’un chaos urbain complet. Samih Abu Rumeilah, 37 ans, travaille à améliorer la situation.

House Arrest (Résidence surveillée), de Keren Shayo (16 mn) Jawad Sayam, 40 ans, dirige un centre culturel et d’information au sein du Wadi Hilweh, un quartier également connu sous le nom de Cité de David. Le film suit le leader local qui, en résidence surveillée à ce moment là, lutte pour ses concitoyens et contre la domination des colons.

Israël, 2011 - Directrice artistique Yaël Perlov ; Production : Yaël Perlov.