Compte rendu de la manifestation du dimanche 7 avril 2002

 

La manifestation organisée par les Amis de Shalom Akhshav, ce dimanche à Paris, a réuni plus de 4.000 personnes (5.000 selon la police...) qui ont défilé sur le boulevard Beaumarchais jusqu’à la Bastille.

Outre les organisations signataires de notre appel (CBL, CIPMO, Rencontre Progressiste Juive, AJHL-Montpellier, Hashomer Hatzaïr, Cercle amical-Centre culturel Medem), des délégations de la LICRA, de la LDH et du Mouvement de la Paix s’étaient jointes à nous. Parmi de nombreuses personnalités, on notait la présence à nos côtés de Robert Badinter, Françoise Castro, Alain Bauer, Mouloud Aounit, et de nombreux élus, parmi lesquels Lyne Cohen-Solal, Michele Blumenthal, Julien Dray, Pierre Aidenbaum et Jean-Michel Rosenfeld. On pouvait encore reconnaître le rabbin Daniel Farhi, Nelly Hansson ou l’avocat Michel Zaoui, membre du bureau politique du CRIF, et tant d’autres, dont les philosophes Elisabeth de Fontenay et Paul Thibaud, le réalisateur Serge Moatti, le psychanalyste Jean-Pierre Winter, les chanteuses Talila et Marlène Samoun, l’éditorialiste Jacques Tarnero, l’écrivain et journaliste Guy Konopnicki, son père Raphaël Konopnicki. La manifestation s’est déroulée dans le calme et la sérénité sous nos banderoles "Le combat pour la paix continue", "Non à l’antisémitisme et a tous les terrorismes", "Israël-Palestine, 2 Etats pour la paix", à l’exclusion de tout autre mot d’ordre. Place de la Bastille, après une courte allocution de David Chemla rappelant que notre manifestation n’était pas une "contre-manifestation", mais qu’elle était une volonté de témoigner et de faire entendre notre sensibilité, et affirmant qu’une paix fondée sur l’existence de deux Etats était la seule garantie de sécurité pour Israel, nous nous sommes dispersés sans attendre l’arrivée du cortege défilant sous l’égide du CRIF. Des éléments d’extreme-droite sont intervenus après notre dispersion pour agresser violemment des passants choisis au faciès, des photographes et cameramen de presse, et ce qu’ils identifiaient comme des manifestants qui etaient restés place de la Bastille. De longues minutes après le debut des échauffourées, des forces de police sont intervenues, et le commissaire de police chargé de notre protection a été gravement blessé à l’arme blanche en tentant de s’interposer entre l’un des agresseurs et sa victime. Les journaux télévisés du soir ont accordé une large place à notre manifestation, interrogeant David Chemla et Marc Lefèvre que l’on a pu voir sur France 2 et la 5-Arte ; les radios et la presse écrite, tant française qu’israélienne, s’en sont également fait l’echo ; Le Monde, Libération et l’émission Mots Croisés de ce soir (sur France 2 encore) se sont livrés à cette occasion à une rapide radiographie d’une judaïcité française plurielle.