Un terroriste juif prend 4 fois la perpétuité

Thème : Terrorisme

Ha’aretz
mis en ligne le 27 septembre 2006

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Ha’aretz, 27 septembre 2006

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Mercredi, le tribunal du district de Jérusalem a condamné un terroriste juif à 4 peines de perpétuité, plus 12 ans de prison, pour l’assassinat de 4 Palestiniens.

Asher Weisgan a été condamné le 11 septembre pour l’assassinat de 4 ouvriers arabes, et pour avoir blessé un cinquième homme, dans l’usine de la colonie de Shilo, en Cisjordanie, où ils travaillaient, le jour qui a précédé la mise en oeuvre du plan de désengagement de Gaza en août 2005.

A la fin de la journée de travail à l’usine, Asher Weisgan a proposé à 4 ouvriers arabes de les transporter dans sa voiture, puis il a sorti un fusil d’assaut M-16 et a tiré sur eux, tuant trois d’entre eux et blessant le quatrième. Puis il a couru vers l’usine et a tué un quatrième homme. Il s’est alors rendu à l’officier de sécurité arrivé sur les lieux.

Les victimes de cet attentat terroriste étaient Mohammed Mansour, 48 ans, Bassem Tuwafshe, 30 ans, Khalil Aloulwil, 42 ans et Ossama Tuwafshe, 33 ans.

Weisgan, habitant de la colonie de Shvout Rachel, a déclaré que son but était d’empêcher le désengagement d’avoir lieu.

Le tribunal a également condamné Weisgan à payer plus d’un million de shekels de dommages aux familles de ses victimes palestiniennes : 228.000 shekels à chaque famille de victime assassinée, plus 100.000 shekels à l’homme qu’il a blessé.

Au cours de l’audience, les juges ont débattu pour savoir si la peine devait concerner quatre affaires d’assassinat distinctes (donc 4 condamnations à perpétuité), ou un assassinat ayant fait quatre victimes. Les juges ont décidé qu’une seule affaire d’assassinat affecterait l’effet dissuasif de la condamnation.

"Chacune des victimes avait un nom et une identité... Elles ont été les victimes directes des actes du prévenu et celui-ci doit être puni pour chacun de ses meurtres", ont décidé les juges.

Asher Weisgan a prétendu lors de son procès qu’il avait "causé la mort d’innocents afin d’empêcher ainsi les désastres qui tomberaient sur le peuple d’Israël depuis le Ciel, à la suite de la mise en oeuvre du désengagement."

Son avocat a défendu l’idée que Weisgan ne devait pas être jugé sur le plan criminel, car il avait agi par "défense nécessaire". Par son acte, il a voulu sauver le peuple d’Israël des calamités qui l’attendaient et il [devait] donc être acquitté.

Les juges n’ont pas accepté l’argument. Dans leurs attendus, les juges Orit Efaal-Gabay, Aharon Farkash et Moshe Ravid ont écrit : "Même si l’accusé a pensé, et nous ne croyons pas que cela ait été le cas, que ses actions seraient les bienvenues aux yeux de Dieu, elles ne sont pas valables aux yeux des hommes."

Signalons par ailleurs qu’un tribunal militaire israélien a ordonné ce mercredi la remise en liberté du vice-premier ministre palestinien (Hamas) Naser al-Shaer, jugeant insuffisantes les charges qui pesaient contre lui. 32 députés du Hamas sont toujours détenus. Ils pourraient faire partie de la "monnaie d’échange" en cas de libération du caporal Gilad Shalit. Le nom de Marwan Barghouti aurait été également évoqué dans le cadre d’un accord d’échange de prisonniers. [1]