Sondage : les 3/4 des Palestiniens et des Israéliens pour 2 États

Thème : Sondages

par Ha’Aretz, correspondance

Selon un sondage effectué en Israël et dans les territoires palestiniens, 76% des Israéliens et des Palestiniens se prononcent en faveur d’une solution à deux États, exprimant ainsi des positions qui sont peu remarquées au milieu de la violence au Moyen-Orient qui occupe les gros titres des journaux.

Ce résultat a été révélé mardi par les dirigeants de OneVoice, une ONG dont l’objectif est de promouvoir la paix au Moyen-Orient. Selon eux, l’étude suggère que le fait de donner aux citoyens ordinaires un "rôle actif" pourrait contribuer à en finir avec un cycle de violences vieux de 60 ans.

Au cours d’une conférence de presse à New York, le président et fondateur, Daniel Lubetzky, et le directeur pour le Moyen-Orient, Mohammad Darawshe, ont déclaré qu’ils souhaitaient interviewer 250 000 personnes, et montrer ainsi qu’il existe des deux cotes une "majorité silencieuse" en faveur d’un accord mutuel et contre la violence et l’extrémisme.

"Tous les Palestiniens et tous les Israéliens disent être pour la paix, mais les gens n’ont jamais été considérés comme responsables de leurs idées", dit Lubetzky. "Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que 40 000 personnes se sont levées et ont dit ce qu’elles voulaient."

L’étude a été effectuée ces deux derniers mois, auprès des habitants d’Israël et de Cisjordanie, à l’aide de questionnaires conçus pour susciter des réponses précises à 10 questions fondamentales concernant le conflit. Pour le moment, 25 000 réponses ont été enregistrées, et 15 000 autres attendent d’être codées.

Les enquêteurs ont interrogé les gens dans la rue, chez eux, dans les écoles, sur les lieux de travail et dans les camps de réfugiés. Dans le climat de tension dû aux actions des extrémistes palestiniens et des réactions armées israéliennes, les enquêteurs "ont été parfois menacés, battus, et on leur a parfois craché à la figure, dit Darawshe. Le public n’a pas toujours été très réceptif".

Les questionnaires sont conçus à partir d’un système complexe, où les personnes interrogées adoptent un principe avec lequel elles sont d’accord, ou ventilent leur réponse négative en un certain nombre de points.

"Même s’ils disent ’non’ à tout, les résultats obtenus ont beaucoup de valeur", dit Lubetzky.

Environ la moitié des personnes interrogées étaient âgées de 15 à 24 ans, dans une région où 65% de la population a moins de 34 ans.

Résultat le plus important : parmi les 23 000 Palestiniens et les 17 000 Israéliens interrogés, environ 76% de chaque côté ont adopté l’idée de deux États (un État palestinien coexistant à côté de l’État d’Israël), "chacun reconnaissant l’autre en tant que tel, à la fois démocratique et respectant les droits de l’homme, y compris les droits des minorités".

Le fait que les trois-quarts de chaque groupe soutiennent cette idée se retrouve dans d’autres données, mais "ne correspond pas à la perception qu’on en a", dit Lubetzky." C’est la majorité silencieuse qui s’exprime", ajoute-t-il.

Parmi les 24% restants, il y en a qui s’opposent avec véhémence à une quelconque entité palestinienne, et d’autres qui sont en faveur de l’annihilation d’Israël.

[...]

Lubetzky et Darawshe reconnaissent une certaine frustration devant le manque d’intérêt des media. "Les bonnes nouvelles ne font pas vendre", dit Lubetzky, "nous ne produisons pas de sang, et ce n’est donc pas très excitant."

Pour en savoir plus sur OneVoice : http://www.silentnolonger.org/wps/portal