D’après le Fatah, le Hamas serait prêt à conclure un cessez-le-feu avec Israël

Ha’aretz
mis en ligne le 23 juillet 2006

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Ha’aretz, 23 juillet 2006

Des sources haut placées du Fatah à Gaza ont dit samedi que le Hamas était prêt à accepter un accord qui impliquerait la libération du soldat Gilad Shalit, un cessez-le-feu conjoint et la fin des actions militaires israéliennes dabs la bande de Gaza. Mais il n’est pas certain que Khaled Mesh’al, le leader du Hamas basé à Damas, donne son blanc-seing à cet accord obtenu avec l’aide d’une médiation égyptienne.

Cette initiative, proposée par l’Egypte et discutée ces derniers jours par les dirigeants palestiniens à Gaza, consiste en la libération de Gilad Shalit, un cessez-le-feu conjoint et la fin des assassinats ciblés par l’armée israélienne. Des prisonniers palestiniens seraient libérés à une date ultérieure. L’accord prévoit aussi la constitution d’un gouvernement palestinien d’union nationale. Le président Mahmoud Abbas a rencontré des députés et autres leaders du Hamas à Gaza, et les a exhortés à accepter l’accord avant l’arrivée cette semaine de la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice.

La plupart des factions palestiniennes, dont la direction du Hamas, ont accepté le principe de l’accord, mais affirment qu’Israël ne veut pas d’un cessez-le-feu tant que Shalit n’est pas libéré. A ce stade, la direction du Fatah est elle aussi contre un cessez-le-feu unilatéral. Pendant ce temps, l’Egypte tente toujours de convaincre les dirigeants du Hamas à l’étranger et à Gaza de libérer Shalit en échange de garanties égyptiennes que des prisonniers palestiniens seraient libérés ultérieurement, dans le cadre d’un cessez-le-feu général.

Le Dr Salah al-Bardawil, chef du groupe parlementaire du Hamas, a confirmé à Ha’aretz que si Israël cesse ses actions à Gaza, la plupart des courants accepteraient un cessez-le-feu. Il a toutefois ajouté que le premier ministre Ismail Haniyeh avait déjà proposé un cessez-le-feu et qu’Israël avait repoussé l’offre.

Les leaders du Hamas à Gaza sont intéressés à séparer les négociations autour des prisonniers palestiniens en échange de Gilad Shalit des négociations du Hezbollah sur les prisonniers libanais. Bardawil a souligné qu’il n’y a aucune coopération entre le Hamas et le Hezbollah concernant les négociations sur les échanges de prisonniers. "Nous n’avons pas l’intention de conclure un accord en commun. Le Hezbollah est entré dans cette histoire après le Hamas. Ils veulent leurs prisonniers, et nous avons les nôtres ", a-t-il dit.

Il n’est pas certain que Mesh’al soit en faveur d’un accord séparé du Hamas avec Israël. Certaines sources du Fatah ont dit que la direction du Hamas à Gaza ne voulait pas que son nom soit confondu avec les combats au Liban, en particulier compte tenu des vives critiques de la communauté internationale à l’égard du Hezbollah. Certains dirigeants du Hamas considèrent que, par ses actions, le Hezbollah a fait du mal à la cause palestinienne, et ils cherchent à parvenir à un accord séparé avec Israël.

Néanmoins, des représentants du Fatah sont sceptiques sur les chances de parvenir à un accord, à cause de l’incertitude qui pèse sur la position du Hamas de l’extérieur, dirigé par Khaled Mesh’al.