Un spectacle singulier à Ramallah


Jerusalem Post, 24 août 2009

[sur le site du JPost ->http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1251133671077&pagename=JPost/JPAr
ticle/ShowFull]

Traduction : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


J’ai dû me frotter les yeux pour être sûr que ce que je voyais était bien
réel. Le décor : le centre de Ramallah. L’événement : La Journée
internationale de la Jeunesse. Les participants portaient des T-shirts
blancs avec des logos à l’avant et à l’arrière, et des chapeaux rouge foncé.

Des Palestiniens de toute la Cisjordanie participaient à l‘événement
organisé par un réseau d’ONG pour la jeunesse appelé « Nous sommes la
Palestine ». Cette année, le thème était : “Nous serons à la hauteur de ce
que nous sommes capables de rêver”
.

Les activités du jour ont commencé par un carnaval, à partir de la célèbre
place Manara jusqu’à l’église orthodoxe en passant à travers les rues de
Ramallah.

Toute la journée, les débats ont parlé de drogue et de chômage. Il y a eu un
match de basket pour jeunes handicapés et des concerts. Outre la troupe
Bailasan et Tagarid, la soirée s’est terminée par deux concerts de rap.

Ce qui m’a surpris n’était pas tant l’événement et l’enthousiasme, ni le
nombre de jeunes. Après tout, les Palestiniens âgés de moins de 25 ans
forment la majorité de la population en Cisjordanie.

Non, ma grande surprise a été de voir le sponsor de l’événement. Le logo
rouge, blanc et noir de l’USAID avec les mots De la part du peuple
américain
était partout, y compris sur le dos des T-shirts des
participants.

Le fait que l’USAID parraine un mouvement de jeunesse n’avait rien d’étrange
en soi. Mais voir le logo américain partout dans les rues de Ramallah, sur
des panneaux et sur le dos d’une mer humaine, était réellement quelque chose
à voir.

Il y a quelques années seulement, ces jeunes gens, peut-être bien composés
en partie des mêmes, manifestaient sur la même place de Manara à Ramallah
contre Israël et les slogans anti-américains étaient la norme pour toute
manifestation de jeunes Palestiniens.

Alors, qu’est-ce qui a changé ? Les Palestiniens sont-ils moins politisés ?
Leurs sentiments anti-américains se sont-ils adoucis ?

Je décidai de mener mon propre sondage absolument non-scientifique auprès
des centaines de ces jeunes gens réunis à Ramallah. Ma question était simple
: Etait-il devenu acceptable chez les Palestiniens de porter un chapeau ou
en T-shirt qui saluait les Américains ?

Les réponses peuvent se résumer en deux mots : Barack Obama. Le président
nouvellement élu a davantage fait pour changer l’image de l’Amérique chez
les Palestiniens que n’importe quelle déclaration ou action politique.

Les gens ont été prudents, et fait remarquer qu’ils ne soutenaient pas
aveuglément les Etats-Unis. Ils ne croient pas non plus que tout ce que dit
Obama sera fait. Mais il était clair que la présence d’un fils d’immigré
afro-américain à la Maison-Blanche avait produit son effet sur la psyché des
jeunes Palestiniens.

D’autres raisons ont été invoquées. Les jeunes en ont assez de la
rhétorique. Aucun de ceux à qui j’ai parlé ne s’est dit moins nationaliste,
beaucoup ont dit qu’ils n’étaient pas prêts à attendre indéfiniment un
changement politique, et qu’il y a dans la vie bien plus que de suivre un
discours politique qui ne finit jamais.

Bien que certains aient exprimé leur déception à l’égard d’une grande partie
de la direction palestinienne, d’autres ont eu des mots d’éloge pour
l’actuel premier ministre palestinien [Salem Fayyad, ndt – cf. [interview

 >https://www.lapaixmaintenant.org/article1977] ] et d’autres encore mettaient
leurs espoirs dans la direction du Fatah nouvellement élue.

J’ignore si mes observations reflètent un changement de mentalité au sein de
la jeunesse palestinienne, ou si ce ne sont que des observations isolées,
mais une chose est sûre : depuis 20 ans (ou plus), je n’avais jamais vu de
symboles américains sans que ceux qui les portent et ceux autour d’eux ne
battent un cil.