La Paix Maintenant enlève une caravane d’un avant-poste de Cisjordanie.


Haaretz, le 8 septembre


Mercredi, la Paix Maintenant a annoncé avoir enlevé une caravane dépendant d’un avant-poste illégal de Cisjordanie, et ce afin de montrer au
gouvernement qu’il lui est également possible de démanteler les
implantations.

Israël a fait la promesse de supprimer des dizaines d’avant-postes dans le
cadre de la Feuille de route pour la paix au Proche-Orient soutenue par
les Etats Unis, promesse en grande partie restée lettre morte.

Dror Etkes, du mouvement anti-implantations [La Paix Maintenant], a
déclaré que son organisation avait loué une grue avant de se rendre dans
la nuit de mardi à mercredi à un avant-poste non loin de Ramallah en
Cisjordanie. Ils ont enlevé une des trois caravanes récemment installées
au sommet de la colline, non loin d’un autre avant-poste illégal, Migron.

La caravane a été placée sur un camion et rapidement acheminée au
ministère de la Défense à Tel-Aviv, avant que les colons ne s’en rendent
compte, a raconté Etkes.

“Nous voulions prouver à l’opinion publique israélienne… qu’il est
possible de démanteler les avant-postes “, a dit Etkes. ” Si la Paix
Maintenant en est capable, c’est d’autant plus vrai pour l’Etat d’Israël.”

La feuille de route, qui envisage la création d’un État palestinien
indépendant à l’horizon 2005, a été ajournée depuis qu’Israël et les
Palestiniens l’ont signé l’an dernier.

Il existe environ 100 avant-postes en Cisjordanie, et 51 d’entre eux ont
été mis en place depuis l’arrivée au pouvoir d’Ariel Sharon en mars 2001,
a dit Etkes. Israël a démantelé environ 24 enclaves illégales, au moins 18
d’entre elles étant inhabitées, a t il ajouté. 1500 colons au bas mot
vivent dans ces enclaves.

Lors des tentatives de démantèlement des avant-postes, les soldats et la
police se sont confrontés aux colons. Ils ont parfois traîné des
protestataires sur plusieurs mètres pour les déloger du sommet des
collines où ils étaient installés. Bien souvent, les avant-postes sont
reconstruits sur-le-champ.

Les responsables du ministère de la Défense ont affirmé avoir du mal à
mettre à jour les données concernant le nombre de colonies et leur
localisation. Un conseiller du ministre de la Défense a même rencontré des
militants de la Paix Maintenant afin d’examiner les photos aériennes des
avant-postes et de consulter d’autres informations.