Sommet de Jérusalem : Rice a dû empêcher Abbas de claquer la porte

Thème : Diplomatie

Ma’an News Agency
mis en ligne le 21 février 2007

quelques dessous du sommet de Jérusalem, rapportés par l’excellente agence de presse palestinienne Ma’an

Ma’an, 21 février 2007

www.maannews.net/en/index.php?opr=S...

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Le président palestinien Mahmoud Abbas a décrit le sommet tripartite qui s’est tenu lundi dernier à Jérusalem [1] comme "tendu et difficile", mais non comme un échec. S’adressant à l’agence jordanienne de presse, il a déclaré qu’Israël avait peut-être mal compris l’accord de La Mecque : "Nous avons informé Israël que cet accord était de l’intérêt du peuple palestinien."

En revanche, certaines sources bien informées ont affirmé au quotidien londonien en arabe Al-Hayat qu’Abbas "avait été surpris quand Olmert a explosé durant le sommet en l’accusant de s’allier avec le Hamas contre Israël." Ces mêmes sources ont ajouté : "Olmert a demandé à Abbas de garantir que le Fatah ne participerait pas au gouvernement." Abbas aurait refusé cette exigence. Selon Al-Hayat, "Abbas a voulu quitter la réunion, mais Condoleezza Rice l’a fait revenir."
Ces sources rapportent encore qu’Abbas a dit à Olmert qu’il ne renoncerait pas à former un gouvernement d’union nationale car "c’est la seule garantie pour préserver le front intérieur, et cela ne concerne pas Israël."

Sur le même sujet, un autre quotidien londonien en arabe, Ash Sharq Al Awsat, cite des sources israéliennes qui affirment : "Olmert a exprimé de la colère à l’égard de l’accord de La Mecque et a accusé Abbas de tromperie." Le quotidien ajoute qu’Abbas a promis à Olmert que le programme politique du nouveau gouvernement de coalition inclurait l’acceptation de l’initiative arabe [saoudienne] qui comprend elle-même la reconnaissance d’Israël. A ce moment, Olmert a explosé et a dit : "Abou Mazen, j’en ai assez de vos promesses là-dessus", ce à quoi Abbas a répondu, lui aussi en colère : "C’est moi qui ne peux pas digérer vos promesses. Vous n’en avez appliqué aucune, même pas sur les check points dans les territoires, qui n’ont pas été levés et dont le nombre n’a pas diminué. Au lieu de donner de l’espoir aux Palestiniens, vous nous étranglez encore plus, et cela va nous faire exploser."