Situation délicate pour la Jordanie

Thème : Jordanie

par Shaul Ariéli

Middle East pulse, le 14 décembre 2009

http://www.israelpolicyforum.org/bl...

Traduction par C. G. pour LPM

Depuis ces derniers jours, il y a différents signes qui montrent que se prépare sous l’égide des Américains et des Egyptiens une reprise des négociations israélo palestinienne : rencontres Netanyahu Moubarak, Abbas Moubarak, Moubarak et Roi Abdallah de Jordanie, Moubarak et Saud al-Faisal, le ministre saoudien des Affaires Etrangères qui s’est rendu par la suite à Damas pour rencontrer Assad, annonces du retour prochain de l’envoyé d’Obama Georges Mitchell dans la région ... Le plan Egypto américain, qui sera présenté la semaine prochaine à Obama à Washington, vise à la création en deux ans d’un Etat palestinien. Abbas a déjà déclaré qu’il accepterait ce plan s’il est soutenu par les autres leaders arabes.

Un tel agenda est-il réaliste ? Lieberman, le Ministre israélien des Affaires Étrangères, a déjà déclaré que non. Comme toujours au Moyen Orient, on ne peut être sûr de rien. Toutes ces annonces peuvent être aussi faites dans l’intention de les saborder car le meilleur moyen de torpiller un projet est de le rendre public. Pour évaluer les chances d’un tel processus, il est important de connaître la marge de manœuvre des différents intervenants. Cette question pourra aussi être abordée lors de notre prochaine réunion publique du 12 janvier avec notre invité Gérard Chaliand (voir le rappel de la réunion plus bas).

Nous essaierons, quant à nous, dans les prochaines semaines de trouver des articles qui présenteront la situation dans laquelle se trouvent chacun des pays. Nous commençons aujourd’hui par ce texte de Shaul Arieli qui analyse la situation de la Jordanie.

A la fin de la Guerre d’Indépendance - conséquence du rejet arabe du Plan de Partition - 600.000 Palestiniens sont devenus refugiés au sein d’Etats arabes, en particulier en Jordanie. Jusqu’en 1988, les Palestiniens n’étaient pas inclus dans la problématique globale, et le futur de la Cisjordanie se négociait directement entre Israël et la Jordanie. De nombreux leaders politiques israéliens à l’époque considéraient la Jordanie comme la terre des Palestiniens, et citaient la croissance de cette population palestinienne comme une validation de ce point de vue.

Suite à la Guerre des Six Jours, 250 000 Palestiniens de Cisjordanie de plus se sont relocalisés en Jordanie et, selon le Plan Alon, la Vallée du Jourdain dépeuplée a été considérée comme une partie de la zone de sécurité contre le Front Est. Le détachement de la Jordanie de la Cisjordanie en 1988 n’a pas affecté la politique des « Ponts Ouverts » et les portes ont été ouvertes encore plus grand à la signature de l’Accord de Paix de 1994 avec Israël. Depuis, cependant, la famille Hachémite a évité de défier le rôle de leader de l’OLP dans les négociations avec Israël sur le futur de la Cisjordanie, et a réitéré qu’il serait dans l’intérêt de la Jordanie d’établir un état indépendant dans les territoires occupés.

Même si Israël ne fait plus de déclarations publiques en faveur d’une terre palestinienne en Jordanie, les faits n’ont pas changé sur le terrain. Depuis l’an 2000, 250.000 Palestiniens ont émigré de la Cisjordanie vers la Jordanie, contrairement à la tendance perçue après les accords d’Oslo - à l’époque, des dizaines de milliers de visiteurs palestiniens de Jordanie avaient afflué en Cisjordanie, et y étaient restés au-delà de l’échéance de leur permis de séjour. Les Jordaniens ont réagi en refusant ou en retardant l’accession à la citoyenneté jordanienne aux Palestiniens souhaitant réunifier leur famille, de façon à réduire le nombre de réfugiés recensés en Jordanie, et espérant par là encourager leur retour en Cisjordanie après un règlement durable de la situation.

La Jordanie craint qu’en plus des pressions existantes dues à des luttes intestines, il y ait un risque que des réfugiés affluent d’Irak après le retrait des Américains, sans compter une immense dette par rapport à l’aide étrangère, et le manque critique d’eau. Le pays pourrait aussi être confronté à un afflux massif de réfugiés Palestiniens au cas où l’Autorité Palestinienne s’effondrait ou en cas d’une escalade sécuritaire comme une autre opération Plomb durci. De plus, les Jordaniens redoutent qu’Israël ne choisisse de se retirer derrière la barrière de sécurité s’il s’avérait être désavantageux de rester en Cisjordanie, ce qui provoquerait un chaos général favorisant l’immigration des Palestiniens vers l’Est.

En conséquence, le Royaume Jordanien fait preuve d’une activité intense pour promouvoir l’établissement d’un Etat Palestinien, comme l’ont montré les encouragements que le roi a envoyés à la conférence de J-Street, pressant Israël d’accepter un accord de paix sans inclure de requêtes supplémentaires, ou la suggestion de transférer au Conseil de Sécurité la responsabilité du problème palestinien. La Jordanie a même soutenu la déclaration unilatérale palestinienne de la création d’un Etat Palestinien avec des frontières temporaires.

Les supporters israéliens du « scénario optimiste » de la « terre alternative » ont totalement ignoré le risque que cela engendrerait pour Israël. Les chances que les Hachémites perdent le contrôle de la région au profit des Palestiniens sont minces, et cela ne serait possible que si l’Ouest leur retirait complètement leur soutien. Le scénario le plus probable serait que, suite à des pressions internes de plus en plus fortes, les Hachémites devraient former une coalition jordano-palestinienne laïque et musulmane, ce qui pousserait la Jordanie à se distancer progressivement d’ Israël jusqu’à la disparation de tout signe de paix. De plus, le roi serait obligé de courtiser le Hamas ouvertement, alors que cela avait été fait en secret auparavant, loin des yeux des media.

Les leaders politiques et sécuritaires Jordaniens considèrent ce scénario de coalition critique pour prévenir tensions et conflits alors que le Hamas se renforce face au blocage du processus de paix. Cette coalition pourrait aussi pousser la Jordanie vers la Turquie et l’Iran ; Israël se trouverait alors face à un alignement régional vidé de toute influence occidentale.