Portrait d’un patriote

Thème : Colonisation, yesha Shalom Akhshav : action et influence Témoignages, "histoires humaines"

Ha’aretz
mis en ligne le 19 juin 2003
par Aviv Lavie

portrait de Dror Etkes, responsable à Shalom Akhshav de l’Observatoire de la colonisation

article en anglais sur le site d’Haaretz

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

En pleine invasion américaine en Irak, et alors qu’il effectuait une visite de routine dans les avant-postes sur les collines de Samarie, Dror Etkes trouva sur son bipper un étrange message : "Nouvel avant-poste nomme Neveh Hametzitzim (littéralement : oasis des voyeurs, ndt) créé en ce moment même aux abords de Bagdad. Ressentons absence militants Shalom Akhshav. Merci de ne plus décevoir Amana. Signé : le coordinateur de l’absorption."

L’humour n’échappa pas à Dror Etkes. "J’ai appelé Amana (la branche colonisation du Goush Emounm - Bloc de la Foi) pour essayer de voir qui avait envoyé de message. Je voulais leur dire que j’avais apprecié l’humour, mais que je ne trouvais pas le coordinateur."

Ce n’est pas la première fois que les relations compliquées entre celui qu’on appelle pompeusement "chef de l’équipe de l’Observatoire de la colonisation de Shalom Akhshav" et l’objet de ses observations (les colons juifs des territoires) sont égayées de quelques gamineries.

"Un jour, quand nous voudrons commemorer notre magnifique entreprise de colonisation, nous achèterons à Shalom Akhshav toutes les informations et tous les rapports qu’ils ont produits ces dernières années", dit Yehoshua Mor Yosef, porte-parole du conseil des colons en Cisjordanie et à Gaza (Yesha). "Tous ceux qui connaissent Zambish (Zeev Hever, secrétaire général d’Amana) savent qu’il n’a pas d’ordinateur, et qu’il a tout dans la tête. Si vous cherchez une liste bien au propre des avant-postes créés ces dernières années, ce n’est pas chez nous que vous la trouverez. Moins nous parlons, moins nous fournissons d’informations, et mieux nous nous portons. Pour cela, il faut aller voir Shalom Akhshav."

Les colons ne sont pas les seuls à s’intéresser aux informations que publie Shalom Akhshav sur l’entreprise de colonisation dans les territoires. Depuis quelques années, ces rapports constituent la base de donneés utilisée par les décisionnaires politiques à Jérusalem, et souvent aussi à Washington. Selon certaines sources, quelques-unes des exigences de l’administration américaine envers Israël ont pour base des données fournies par Shalom Akhshav. Cela peut paraître étrange si l’on pense que les rapports en question sont l’oeuvre d’une seule et même personne, qui couvre la région armé d’un appareil de photo numérique, d’une mémoire hors du commun, et d’une profonde inquiétude face à ce qu’il observe.

"Le public israélien est incroyablement ignorant de ce qui se passe au-delà de la Ligne verte (de 1967)", dit Dror Etkes. "Cette ignorance s’accompagne d’indifférence, et d’un rejet de toute responsabilité. Et les colons, les gouvernements d’Israël et l’armée profitent de cette attitude pour créer sur le terrain une réalité géopolitique qui affectera nos vies pour plusieurs générations. Les colons et moi partageons le même secret. La différence, c’est qu’eux veulent le garder secret, alors que moi, je veux le porter à la connaissance de tous."

De fait, depuis un an et demi, le travail de Dor Etkes est de montrer, de documenter et de surveiller tout mouvement au-delà de la Ligne verte qui ressemble à de la colonisation. Quelqu’un l’a déjà surnommé "le chasseur d’avant-postes". Pour cette chasse, il parcourt des centaines, parfois des milliers de kilomètres par mois sur les routes de Cisjordanie, sans laisser lui échapper la moindre colline ni le moindre chemin de terre. Il connaît par coeur tous les chateaux d’eau et toutes les caravanes. Cette semaine, tout en conduisant sur les routes de la Cisjordanie Sud, il débitait les noms de tous les groupes de structures, habitées ou abandonnées, en ajoutant pour chacune la date et les circonstances de sa création. "Je fais un gros effort pour me procurer le plus vite possible le nom que les colons donnent au site qu’ils créent. C’est la seule facon de suivre leurs discussions internes. De leur point de vue, les noms sont d’une extrême importance, parce qu’ils sont tirés de la Bible et expriment la possession et le contrôle du territoire."

Sur une route particulièrement éloignée qui serpente le long des hauteurs du désert de Judée, Dror Etkes hésite un moment devant un groupe de structures au sommet d’une colline. "Attendez, c’est Pnei Kedem ou Pnei Hever ? Ce n’est pas juste. Mes prédécesseurs devaient s’occuper de 20 à 30 avant-postes, alors que moi, j’en ai plus de 100."

Il y a aujourd’hui 102 avant-postes dans les territoires, dont 61 créés depuis l’élection d’Ariel Sharon en fevrier 2001. Les 41 autres sont plus anciens. Le même Sharon a entrepris, dans le cadre de l’acceptation par le gouvernement de la feuille de route, d’évacuer tous les avant-postes créés depuis qu’il est premier ministre. Dror Etkes connaît bien le fossé entre ce que les hommes politiques disent et la réalité sur le terrain. "Je ne veux pas essayer de prédire l’avenir, je sais simplement que ce qui se passe en ce moment est une grosse mascarade. On fait beaucoup de bruit, mais tout ce qui a été fait, c’est de transporter un peu de ferraille rouillée d’une colline à l’autre. Quand ils toucheront aux avant-postes importants et habités au Nord de Jérusalem, on saura qu’une nouvelle ère aura commencé."

Le choc d’Oslo

Au debut des années 90, Shalom Akhshav s’est rendu compte qu’il fallait surveiller de pràs les développements au-delà de la Ligne verte. Quand on consulte la presse de 1991, on s’aperçoit qu’avait lieu alors le même débat qu’aujourd’hui : des militants de Shalom Akhshav manifestaient devant un site en construction situé environ à un kilomètre de la colonie de Karnei Shomron. D’apres Shalom Akhshav, c’était une nouvelle colonie de près de 2.000 logements qu’on se préparait a y bâtir. Le gouvernement déclara qu’il s’agissait d’une tempête dans un verre d’eau, car le nouveau site n’etait qu’un nouveau quartier de Karnei Shomron. La position du gouvernement était transmise depuis le bureau du ministre du Logement, Ariel Sharon.

Les accords d’Oslo devaient déboucher sur une nouvelle ère. Jusqu’alors, les gouvernements d’Israël avaient mené une politique de colonisation déclarée. A Oslo, Israel accepta de geler le projet de colonisation. Mais sur le terrain, il en allait autrement. En 1996, Mossi Raz, alors secrétaire général de Shalom Akhshav, puis député du Meretz, découvrit ce qui fut probablement le premier avant-poste de colonisation en Cisjordanie. Il avait été créé par Avri Ran sur les collines à l’est de la colonie d’Itamar. Mossi Raz comprit qu’il s’agissait d’un tournant important. "Depuis 1992, aucun gouvernement n’avait accepté de créer de colonie de facon organisée, et dans les premières années, jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Benjamin Netanyahou, les colons étaient sous le choc d’Oslo. Mais dès que Netanyahou devint Premier ministre, ils parurent penser que le gouvernement regarderait ailleurs, et se lancèrent dans une intense activité. Quand je découvris ce premier avant-poste, je compris que cela devait être l’objectif principal de Shalom Akhshav, à un moment où nous n’avions pas vraiment la capacité de mobiliser 400.000 manifestants." Mossi Raz se mit à parcourir les territoires, localisant et notant soigneusement chaque avant-poste.

En 1999, devenu député du Meretz, il passa la main à Didi Remez, qui accomplit le travail tout le long du mandat d’Ehoud Barak au poste de premier ministre. Didi Remez se souvient avec tendresse des jours et des nuits passés a parcourir les territoires : "en ce temps-là, c’était beaucoup plus simple. Je quittais Tel-Aviv, et en une heure et demie j’étais vers Naplouse. Même si c’était tout proche, personne à Tel-Aviv n’avait la moindre notion de ce qui se passait là-bas. Ici, les gens pensaient qu’on progressait sur le chemin de la paix, mais là-bas, les colons créaient des avant-postes les uns après les autres. Notre objectif était de réunir le maximum d’informations afin que les colons et le gouvernement ne puissent pas nous raconter d’histoires. Au bout du compte, le fossé énorme qui s’est formé pendant les années d’Oslo entre la perception de la situation par les Palstiniens et celle des Israéliens a joué un grand rôle dans le déclenchement de l’intifada. Après les élections de 2001, la colonisation a pris encore un nouvel essor. La nuit des élections, cinq nouveaux sites ont été créés, et en trois mois, 25 autres. Nous n’avons pas eu le choix, et avons commencé à publier un rapport tous les deux mois."

"Traumatisme formateur"

Dror Etkes, en charge aujourd’hui de la mission, est la première personne à Shalom Akhshav à travailler à temps complet à l’observation de la colonisation. Ce mouvement déjà ancien, en plus des difficultés bien connues de la gauche israélienne, connaît une crise interne. Ce mois-ci, le secrétaire général Moni Mordekhai a été licencié et se répand en dures accusations contre les leaders du mouvement et son mode de management. Dror Etkes tente de faire profil bas. Quand les militants de Jérusalem se disputent, il préfère se trouver sur la route, entre Amona et Amona Nord.

A 34 ans, sa biographie comprend déjà un bon nombre de secousses. Elève dans une famille très religieuse, puis ayant abandonné peu à peu la religion, d’autres changements eurent lieu en parallèle. Il décrit son service militaire (parachutistes, puis renseignement) comme un "traumatisme formateur". La plus grande partie de ce service coïncida avec la première intifada, et il reçut là une leçon très instructive sur les relations entre occupants et occupés.

"Un jour, il y eut une arrestation à grande échelle près de Jénine. Des centaines d’hommes étaient détenus et devaient attendre leur interrogatoire assis, menottés aux mains et bandeaux sur les yeux. Quelques soldats de l’unité du QG passèrent par là et se mirent à brûler les doigts de pied des Palestiniens avec des briquets. Quand je vis ce qui se passait, je bondis sur l’un d’eux et le mis dehors à coups de pied. Cette nuit-là, ils revinrent me régler mon compte. Je me souviens que leur principale remarque consistait à dire : "non content de nous faire honte, tu le fais devant un Arabe !"

(Aujourd’hui marié et père de deux petites filles, il vit aujourd’hui à Jérusalem.) Dror Etkes dit que ces dernières années l’ont rendu encore plus patriote qu’avant : "Je suis d’accord avec deux slogans des colons : ’combattons pour notre maison’ et ’ne leur donnons pas d’Etat’. Je suis ici pour combattre pour notre maison et l’empêcher de devenir un Etat d’apartheid."

La première fois qu’on offrit ce travail à Dror, il ne se montra pas enthousiasmé. Il n’epousait pas toutes les positions de Shalom Akhshav. Par exemple, il est pour le refus de servir dans les territoires, contrairement à la position officielle du mouvement. Mais quand on le lui proposa pour la deuxième fois, il y a 18 mois, il n’hésita pas : "je me suis rendu compte que tous les débats théoriques chez les gens de la gauche n’avaient aucune importance, que la seule façon de combattre pour notre pays était d’aller sur le terrain et de lutter contre la situation d’apartheid qu’on est en train de créer la-bas."

Comme chacun sait, le terrain est dangereux. En raison de contraintes budgétaires, sa voiture n’est pas blindée, et il sait aussi que son gilet pare-balles ne lui offre qu’une protection limitée. (...) Mais même si nous circulons sur une route qui a connu un bon nombre d’attentats terroristes, il dit "depuis quelque temps, j’ai plus peur des Israéliens que des Palestiniens."

Peur de la mort

Les angoisses de Dror proviennent de deux événements qui se sont produits l’année dernière. Le premier fut la liquidation, par erreur, de deux gardes juifs à l’avant-poste de Pnei Hever par un hélicoptère de l’armée de l’air. "C’est exactement le genre d’endroits ou je me promène. je dois faire tres attention de ne pas me mettre dans une situation ou je deviendrais suspect et ou l’on me tirerait dessus." Le second évènement eut lieu un jour de soleil de plomb, en août dernier. Dror se trouvait près de la colonie ultra-radicale de Yitzhar pour observer les derniers développements de son avant-poste. "Je suis passé par le portail de la colonie et je me suis dirigé vers l’avant-poste. Je me suis promène un peu partout et me suis fait mon idée, mais alors que je m’apprêtais à partir, un type me bloquait le chemin. En deux minutes, ils furent 15, qui érigèrent un barrage de pierres sur la route et cernèrent ma voiture. Je suis sorti de la voiture. Ils ont ôté la pellicule de mon appareil. L’atmosphère etait très menaçante. L’un d’eux portait une sorte de masque de viking qui lui couvrait tout le visage.

"Apres 20 minutes, ils m’ont dit partir, et ’la prochaine fois que tu mets les pieds ici, on te tue’. J’ai pensé que c’était terminé, mais alors que je me dirigeais vers le portail de la colonie, trois types me jetèrent des pierres d’une distance de trois ou quatre mètres. Par chance, je n’ai pas été blessé. J’ai continué à rouler, et arrivé au portail, j’ai demandé au soldat de garde d’ouvrir vite, mais il a répondu qu’il ne pouvait pas, pour des raisons de sécurité.Je me suis rendu compte qu’il n’était qu’un instrument entre leurs mains et qu’il avait peur d’eux. je suis sorti de la voiture, ai ouvert le portail le plus vite possible - le soldat n’a rien fait pour m’en empêcher - et me suis sauvé.

"Une fois sur la route principale, je me suis arrêté pour me calmer et examiner les dégâts de la voiture. Il y avait un gros trou dans le capot, ou l’une des pierres avait pénétré. Je me suis immédiatement rendu au commissariat de police d’Ariel, ai déposé plainte et même identifié l’un des assaillants. J’ai suggéré à la police que nous pouvions y retourner le soir-même pour que je puisse l’identifier, mais ils m’ont dit ’qu’ils auraient besoin d’un régiment entier pour faire sortir quelqu’un de là-bas’. A ce jour, rien n’a été fait suite à la plainte. La conclusion est claire. Les autorités chargées de faire respecter la loi ont renoncé à s’occuper des colonies autour de l’intersection de Tapouah."

Depuis l’incident de Yitzhar, Dror Etkes se tient à distance des colonies qui prônent la violence, et se contente de surveiller les évolutions à la jumelle, ou par photographie aérienne. Cependant, dit-il, le traitement qu’on lui a réservé a Yitzhar ne reflète en rien l’attitude à son égard en d’autres endroits. "L’attitude n’est pas uniforme. On ne peut pas dire que je suis accueilli à bras ouverts, mais à part Yitzhar, je n’ai jusqu’ici rencontré aucune violence. Il y a même des endroits où l’on m’offre du café."

Café et sympathie

L’un de ces endroits est Asael. L’avant-poste le plus au sud du désert de Judée est situé environ 1,5 kilomètre au nord de la Ligne verte, plus près de Beer Sheva que de Jérusalem. Nous roulons vers le sud, passant devant la célèbre colonie de Havat Maon. De plus en plus de collines arides, de moins en moins de signes d’habitation. Soudain, Dror vire à droite et prend un chemin de terre jusqu’au sommet d’une colline. Il y a là quelques caravanes, un vieil autobus, quelques structures improvisées. Une tête de cerf empaillée orne l’entrée de l’une d’elles. Bienvenue au Far East. Un soldat mélancolique nous examine avec indifférence. Dror s’arrête devant la structure centrale, le centre communautaire, comme on l’appelle ici avec un certain sourire. Touvia Smotrich sort pour nous accueillir. Ce n’est pas la première fois qu’il accueille un adversaire de chez Shalom Akhshav.

Touvia Smotrich a un peu moins de 30 ans. Le chemin qui l’a conduit jusqu’aux confins sud du désert de Judée a été long. Il vient du plateau du Golan. Son père est chef d’une yeshiva, mais lui ne porte pas de kippa. Jusqu’à récemment, il avait les cheveux longs et hirsutes. Mais il s’est coupé les cheveux. Il porte encore un anneau à l’oreille.

Il a créé Asael voilà un an et demi et y habite avec six amis. Pendant quelque temps, il a gagné sa vie en vendant des falafels aux colonies voisines. Aujourd’hui, il passe ses matinees à étudier la Guemara à la yeshiva d’Otriel ("J’ai vraiment l’air complètement déplacé là-bas, mais il me supportent sans broncher").Ses soirées, il les passe souvent avec son unité militaire de réserve, dans des operations dans la bande de Gaza.

"Alors, tu as commencé à chercher un nouvel endroit pour habiter ?", le taquine Dror.

Touvia : "je ne peux pas te dire que je ne suis pas inquiet, mais je suis plus inquiet pour Tel-Aviv que pour Asael."

Il est un peu curieux que vous accueilliez quelqu’un qui veut que vous quittiez cette colline, lui fais-je remarquer. Apres tout, les Américains, et même les Palestiniens, se servent des informations que publie Dror Etkes.

Touvia Smotrich : "de mon point de vue, tant qu’il joue le jeu, il est dans mon camp. Je pense qu’il se trompe, mais il ne fait pas cela par méchanceté. Il pense sincèrement que c’est bon pour le peuple d’Israël, et je ferai donc tout mon possible pour lui expliquer combien il se trompe. Si je réussis, cela fera un sacré "jeune des collines". C’est vrai qu’en pratique, ce qu’il fait aide l’ennemi, mais si je le traite en ennemi, je devrai aussi traiter Sharon en ennemi quand il évacuera des avant-postes. Cela n’aura pas de fin."

Dimanche, quatre jours après notre visite à Asael, des soldats ont grimpé sur la colline. L’autobus a été enlevé, mais les caravanes et leurs habitants, qui ont opposé une vigoureuse resistance a l’evacuation, sont toujours là.

Technicien en téléphonie

Les premiers mois, Dror Etkes utilisait une couverture : "un jour, j’étais allé avec un chauffeur photographier un avant-poste près de Beit Haggai. Soudain, un homme armé s’approche de nous, et exige de savoir qui nous sommes. Le chauffeur, qui accompagne souvent des employés de sociétés de téléphonie portable, dit instinctivement ’nous sommes de chez Orange’. Instantanément, l’attitude de l’homme a changé. Depuis, je me suis aperçu que c’était un excellent moyen de recueillir des informations. J’ai pu me promener librement, demander combien de gens vivaient ici ou là, quelle sorte d’implantation etait prévue, toutes informations nécessaires pour préparer l’infrastructure d’un réseau téléphonique.Les colons étaient très contents, ils avaient l’impression que quelqu’un s’occupait d’eux et voulait les connecter au pays."

C’est Touvia Smotrich qui révéla la couverture, à la suite de quoi Dror dut y renoncer. Depuis, il utilise des moyens divers pour recueillir des informations. Outre les visites régulières dans les territoires, il lit les journaux des colons, leurs bulletins, et visite leurs sites internet. Les tableaux d’affichage dans les colonies sont une source d’information inépuisable, parfois savoureuse. La semaine dernière, par exemple, il a trouvé une annonce qui invitait les jeunes de Samarie à l’ouverture de "La Mouqata", un nouvel endroit pour les jeunes dans la colonie d’Ali, ou, comme l’annonce l’écrit :’le seul endroit dans notre région ou vous pourrez savourer un narguilé avec les copains et écouter de la bonne musique dans une atmosphère agréable, sans avoir à voyager très loin."

Sur les tableaux d’affichage, il y a quelquefois des annonces concernant de nouvelles campagnes de colonisation, et Dror n’hésite pas à appeler pour demander des détails.

"Grace à mon éducation religieuse, leur univers conceptuel m’est familier, et je connais le jargon et les subtilités de vocabulaire. Les premiers mois, j’appelais les coordinateurs de l’absorption dans les colonies et je leur disais que j’envisageais de me joindre a eux. Je fournissais une fausse biographie et recevais de la documentation sur ce qu’ils planifiaient. Puis j’ai remarqué que c’était devenu une entreprise commerciale. Les coordinateurs touchaient une commission sur chaque personne qu’ils apportaient, et leur motivation s’est accrue."

Quand on lui demande s’il se sent a l’aise dans le rôle de l’imposteur, Dror répond : "je n’ai aucun problème avec ça. Je suis beaucoup plus inquiet du fait que sans jouer à l’imposteur, quelqu’un avec des idées de gauche ne puisse recevoir aucune information de la part du gouvernement d’Israël, de l’administration civile ou des autorités locales des colons, et ce malgré la loi sur la liberté de l’information."

Vendredi dernier, l’attention des médias se concentrait sur les avant-postes qui se trouvent sur la liste à évacuer, comme Havat Gilad et Beit El Est. Dror Etkes est convaincu que les colons feront exactement ce qu’ils ont annoncé : "Ils lanceront une intense activité de création d’avant-postes, loin des médias. Ils mettront ce qu’ils pourront, des containers, des mini-caravanes vides, avec un investissement minimum, pour montrer qui est maître du terrain."

Nous montons à bord d’un avion léger et survolons la Samarie. Pour Dror Etkes, c’est de la routine : un ou même deux vols par mois, 800 shekels l’heure pris sur les maigres ressources de Shalom Akhshav. Nous décollons de l’aéroport d’Hertzliya et traversons la Ligne verte en quelques minutes. Alors que nous survolons la ville d’Ariel,dont les maisons s’étirent en un large arc de cercle d’est en ouest, Dror remarque : "voila un exemple de la manière dont les Israéliens sont déconnectés de ce qui se passe ici. Il y a des gens qui se disent de gauche, mais qui disent qu’ils ne rendront pas Ariel, parce qu’elle est tres proche de la Ligne verte. En fait, l’extremité ouest d’Ariel se trouve à 10 km de la Ligne verte et son extremité est à 28 km, presque au centre de la Cisjordanie."

Après Ariel, on découvre le pays des collines. Depuis le début de l’intifada, les pilotes ne descendent pas en-dessous de 6.000 pieds pour s’assurer d’être hors de portée des armes palestiniennes. Le pilote, Eran, aide Dror à rechercher les modifications de structures, qui ont été transportées d’un endroit à l’autre. Son histoire reflète toute l’ironie de l’histoire israélienne : jusqu’il y a quelques années, il était chef de bataillon d’une brigade de parachutistes à Sanur, très à l’est de la Ligne verte. Puis il servit comme "chien de garde" dans le complexe du ministère de la Défense à Tel-Aviv, et retourne à la vie civile, il poursuit une carrière de pilote. Il s’identifie totalement à la mission de Dror, et il a des mots très durs envers les colons. A l’atterrissage, l’un des employés de l’aéroport l’agresse : comment un ancien officier de haut rang peut-il fournir un service a ces gens pleins de haine pour Israël ?

Comme Dror s’y attendait, le vol fournit une foultitude de résultats : les collines fourmillent d’activité. Près d’Elon Moreh, un container gris a été placé sur une colline dénudée ; on remarque la présence d’une caravane jusqu’alors inconnue sur une colline pres de Reheilim ; un container rouge à Ofra, un autre à Kokhav Hashakhar. "Les cartes que nous venons de faire sont deja obsolètes, et cela prouve simplement qu’il faut prendre les colons très au sérieux."

Les nouvelles découvertes sont reprises par les bulletins d’information et les journaux du dimanche matin. Yehoshua Mor, porte-parole du conseil de Yesha, ne fait aucun effort pour démentir l’information. Pour lui, la nouvelle activité est tout simplement une promesse tenue. Il a du respect pour le trvail de Dror :"son obsession montre un lien psychologique très fort avec la terre d’Israël. Dans une autre vie, il a du être colon."

Est-il une source d’informaton fiable ?

Mor Yosef : "en gros, ses rapports et ceux de Shalom Akhshav sont corrects."

Que pensez-vous du fait que les Américains utilisent ces rapports ?

"Le fait qu’ils les transmettent aux Américains correspond à une certain genre de fuite. Cela signifie qu’ils ne réussissent pas à nous affronter au sein de la société israélienne. Mais je ne veux pas les attaquer pour cela, parce que tout le monde le fait. Quand nous ne réussissions pas face à Rabin, nous aussi avons travaillé avec des lobbyistes au Sénat et au Capitole."

En d’autres occasions, le conseil de Yesha a réagi violemment aux rapports de Shalom Akhshav. N’avez-vous pas dit un jour que Shalom Akhshav "donnait des fusils à Arafat et à ses terroristes, et provoquait la discorde et les querelles intestines ?"

"Oui, j’ai dit cela, mais aujourd’hui mon attitude est plus posée. Notre problème n’est pas avec Shalom Akhshav, mais avec le gouvernement. Notre problème est qu’un des membres les plus éminents de Shalom Akhshav s’appelle Dan Kurtzer (l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël)."

D’autres colons laissent les déclarations les plus prudentes au porte-parole. Il y a quelques jours, le site internet d’Aroutz 7, la station radio pirate des colons, a mis en ligne une information selon laquelle le gouvernement utilisait la carte des avant-postes de Shalom Akhshav pour discuter de leur avenir. L’information disait aussi qu’en ce qui concerne au moins un avant-poste, la date donnée de sa création etait fausse. Yaron, de Haïfa, visiteur du site : "ils (Shalom Akhshav) devraient être mis hors la loi."

Une autre internaute, Ruth Moab, écrit : "pendant la Shoah, il y a eu des juifs qui ont du collaborer au massacre de leurs frères. Aujourd’hui, les kapos de la gauche le font volontairement, et en s’identifiant totalement à ceux qui haïssent les juifs." Pour Haggai Segal, responsable de l’information d’Aroutz 7, la mission de Dror Etkes est sans espoir. Il me montre un article qu’il a publié dans le quotidien Maariv il y a quelques années, au debut de l’ère des avant-postes, où il faisait le portrait de l’un des prédécesseurs de Dror Etkes, et qu’il préférait appeler du nom fictif de "Nimrod".

Haggai Segal dit qu’il assume chaque mot écrit a l’epoque, et comme d’habitude chez lui, les mots sont mordants : "pour autant que je sache, Shalom Akhshav n’a qu’un militant sur le terrain, et il fait un travail de Sisyphe : compter les nouvelles caravanes et les débuts de construction dans les colonies. De temps en temps, les résultats sont distribués aux journalistes qui couvrent les territoires au cours de conférences de presse qui constituent l’essentiel de l’activité de ce glorieux ex-mouvement. ... Il habite dans le "petit" Israël et travaille dans les territoires. Chaque colonie est surveillée scrupuleusement, chaque rue examinée, car Dieu sait où ces diables de colons pourraient bien cacher du matériel de combat..."

"Il a un gros dossier, avec des tableaux préparés à l’avance, qu’il remplit soigneusement de statistiques de croissance désespérantes. La plupart des gardes des colonies le connaissent et ne se formalisent pas. A Kedoumim, en Samarie, on l’appelle même l’inspecteur des travaux et on l’invite à faire le dixième homme aux cérémonies de circoncision. Il n’y a qu’à Tapouah qu’on l’appelle une balance... Il sait que son combat est perdu, mais il continue à venir et à compter... Dans ses cauchemars, il se trouve au coeur d’Ariel, en 2020, une ville de la taille de Ramat Gan, et le vieux Tzali Reshef (un des fondateurs de Shalom Akhshav) lui dit : Nimrod, continue à compter, on finira par les arrêter."

Dror Etkes continue à consacrer ses journées à la surveillance des avant-postes, mais il dit que le terme d’"avant-poste" est trompeur : "ce que nous devrions dire, c’est ’nouvelles colonies’. Après tout, les avant-postes d’aujourd’hui sont les colonies de demain. Dans leur discours à usage interne, les colons aussi traitent la plupart des avant-postes comme des colonies organiques, avec des budgets séparés et une dynamique autonome. Amona, par exemple, se considère comme séparée d’Ofra, et dans une large mesure, ce sont réellement deux colonies complètement distinctes."

Au-delà des désaccords politiques, ne vous sentez-vous pas mal à l’aise face aux gens qui vivent ici, et que vous essayez de faire déplacer ? Cela ne vous trouble-t-il pas que les jeunes gens soient nés au-delà de la Ligne verte et considèrent la region comme leur patrie ?

Dror Etkes : "Non. Il est clair que la situation n’est pas idéale, mais que nous devons choisir entre plusieurs alternatives. La souffrance qu’ils causent à des milllions de gens des deux côtés de la Ligne verte, qui doivent supporter le fardeau de la situation tordue induite par l’occupation, ne peut absolument pas être comparée a la souffrance qui sera causée à ces jeunes gens qui sont nés à Ofra et qui devront évacuer leur maison."

En quittant le gros village palestinien de Zaatara, au sud de Jérusalem, nous tombons sur une longue file de voitures qui attendent au checkpoint. Dror emprunte la voie de gauche et passe rapidement. Son pied appuie sur la pédale de l’accélérateur, mais il a les tripes retournées. "Il y a six mois, je n’aurais pas pu faire ca. Quelque chose en moi m’interdisait de passer alors que d’autres faisaient la queue pendant des heures. Mais le principe de réalité l’a emporté, si je veux continuer à faire des centaines de kilomètres par jour, je ne peux pas me permettre d’attendre des heures aux checkpoints. Nous venons de voir un magnifique exemple de la comédie de l’apartheid. Le soldat m’a vu passer et a regardé ailleurs, tout ça parce que j’ai une plaque d’immatriculation jaune (réservée aux citoyens israéliens, ndt). Il n’a même pas jugé bon de me contrôler. Peut-être la plaque était-elle fausse ? Mais il a supposé que j’etais israélien à cause de la manière confiante dont je suis passé. Les Palestiniens ne feraient jamais cela. Ils attendent docilement. L’occupation est déjà dans leur tête."

A la fin de la journée, dans un café de Tel-Aviv, 60 kilomètres seulement plus à l’ouest, mais si loin, Dror parle de l’extrême disparité entre ici et là-bas : "j’ai une double vie. Le matin, l’apartheid, et l’après-midi, la démocratie à l’occidentale. Très peu sont ceux qui sont prêts, désireux ou capables de digérer la réalité qui a cours là-bas, et il est donc tout à fait naturel que je me rapproche dans ma vie personnelle de gens avec lesquels je puisse partager ce secret. C’est comme dire "les étrangers n’y comprendraient rien". Est-ce que cela m’aliène ? Oui, dans une certaine mesure. Cela m’enferme, mais uniquement sur le plan personnel, pas sur le plan national. Après tout, je ne ferais pas cela uniquement pour moi tout seul."

 

Portfolio

Dror Etkes