Nétanyahu en prend finalement conscience : Abbas n’est pas le Hamas

par Barak Ravid

Traduction Tal Aronzon pour LPM

Photo Moti Milrod : Tzipi Livni lors d'une séance du ca...

Ha’Aretz, le 3 août 2014

http://www.haaretz.com/news/diploma...

La ministre de la Justice Tzipi Livni est derrière la décision d’Israël d’adopter une nouvelle approche diplomatique envers Gaza, qui renforcera les courants plus modérés et laissera le Hamas en plan.

À moins qu’un drame ne survienne, la majeure partie de l’armée israélienne aura quitté la bande de Gaza dans les jours à venir. Le Premier ministre Benjamin Nétanyahu et son gouvernement espèrent qu’après trois semaines ou presque de défaites à Gaza le Hamas est suffisamment usé pour cesser de lancer des missiles sur Israël.

Mais la décision du cabinet (de sécurité] d’aller au cessez-le-feu unilatéral n’est que le premier volet et la partie relativement facile de la fin de la guerre à Gaza. Le second volet, et le plus difficile, est diplomatique. Au lieu d’épuisantes négociations sous médiation égyptienne, dont le Hamas tirera de multiples profits, Israël va tenter de promouvoir une autre solution. Une solution tenant compte des intérêts communs qui se sont cristallisés entre Israël et les pays de la région, une solution qui renforcera les courants plus modérés et donnera peut-être au processus de paix une chance de progresser.

Au sein du cabinet, celle qui encourage ce changement de perspective est la ministre de la Justice, Tzippi Livni, opposée à tout arrangement avec le Hamas. En 2009, déjà, durant l’opération Plomb fondu, elle avait réussi à contrer les propositions du ministre de la Défense Ehud Barak [1]. Cette fois, ce n’est qu’après la violation par le Hamas du cessez-le-feu, vendredi, qu’elle a pu convaincre Nétanyahu de chercher une autre issue diplomatique à la crise à Gaza.

Il faut que ses lignes directrices incluent l’idée d’un désarmement de la bande de Gaza de ses roquettes et armes lourdes ; la poursuite de la lutte contre la contrebande d’armes ; un mécanisme de contrôle de l’entrée dans la Bande de matériaux de construction, d’argent et de tous produits susceptibles de fabriquer du matériel de combat ; de restaurer une présence de l’Autorité palestinienne – au point de passage de Rafah et à tous les points de passage vers Israël ; et un processus significatif de reconstruction et de développement de la bande de Gaza.

Livni pense que l’action diplomatique – concomitante de l’arrêt unilatéral de l’action militaire –devrait être multilatérale. Les États-Unis, l’Égypte, l’Autorité palestinienne et les principaux pays d’Europe doivent participer à l’élaboration du processus. Mais pas le Hamas. Une fois que tous les participants se seront mis d’accord sur les lignes directrices du processus, le plan devrait donner matière à une résolution contraignante du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce serait un succès diplomatique qui servirait les intérêts de l’Égypte et de l’Autorité palestinienne. Nétanyahu n’en est pas encore là. Il n’est pas chaud partisan des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Par ailleurs, en tant qu’ancien ambassadeur aux Nations unies, il sait que cette alternative est susceptible de se matérialiser en une résolution ne servant pas les intérêts d’Israël, et qui lui serait imposée.

Au lieu de mener une bataille sur le front diplomatique et de s’en remettre au veto des États-Unis, Israël peut prendre l’initiative. La composition actuelle du Conseil de sécurité est la plus propice à une telle démarche.

Le nom le plus cité lors des discussions du Cabinet ces dernières semaines a été celui du président palestinien Mahmoud Abbas. Le ministre de la Défense Moshé Ya’alon et le ministre de la Communication Gilad Erdan, qui le décrivaient l’an dernier comme n’étant pas un partenaire de paix, le désignent tout à coup pour interlocuteur majeur dans le cadre de tout accord à Gaza. Et le gouvernement palestinien de réconciliation [2], dépeint il y a peu encore comme terroriste, est devenu un organe avec lequel Israël veut coopérer.

Nétanyahu, et nombre d’autres au sein de son gouvernement, sont revenus à la raison pendant la guerre. Ils comprennent maintenant au plus profond la différence entre Abbas et le Hamas. Samedi soir, Nétanyahu a déclaré qu’une fois les combats derrière nous de nouvelles options diplomatiques se présenteront à Israël.

Ce pourrait être le premier signe qu’après la guerre Nétanyahou se tournera vers la paix – avec, cette fois, plus de détermination et de sérieux.

NOTES

[1] Alors prêt à traiter avec le Hamas.

[2] Auquel le Hamas, de longue date incapable de payer les salaires des fonctionnaires dans la bande de Gaza, participe.