Les positions des colons face à un retrait des territoires


source : Shalom Akhshav Israel (La Paix Maintenant)

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Résumé de l’étude menée par Shalom Akhshav en juillet 2003

Points essentiels

Shalom Akhshav a mené une étude approfondie chez les colons des territoires,
pour examiner dans quelle mesure ils sont prêts à être évacués et réinstallés (ailleurs en Israël, ndt). Cette étude a été effectuée un an après une première étude de Shalom Akhshav sur le même sujet, en juillet 2002.
pour voir l’étude 2002 :
[->http://lapaixmaintenant.org/docs/07_Enquete_juillet_2002.pdf]

Ce document comprend les principaux résultats, et leur comparaison avec les
résultats obtenus l’année dernière, afin de tenter de dégager des tendances.

L’étude montre que :

 90% dex colons ne violeraient pas la loi en réaction à une décision de retrait

 83% accepteraient de quitter la Cisjordanie et la Bande de Gaza
en échange de compensations

 29% aimeraient d’ores et déjà quitter leur domicile

Objectifs de l’étude

1/ examiner les positions des colons face à la l’éventualité d’une réinstallation

2/ examiner les positions politiques des colons

3/ examiner l’attitude des colons envers des sujets concernant spécifiquement les territoires, comme les avant-postes non autorisés, le Conseil de Yesha (acronyme pour « Judée, Samarie et Gaza », représente les colons), et la « jeunesse des collines ».

Méthodologie

L’etude a été conduite par l’institut de recherche Hopp dirigé par le Dr
Mikha Hopp, avec l’aide d’un groupe de consultants, dont les professeurs Dan
Jacobson, Yokhanan Peres et Yitzhak Schnell de l’université de Tel-Aviv.

Echantillon : échantillon representatif constitué de 644 foyers de
Cisjordanie et de la Bande de Gaza, et d’un groupe de contrôle de 400 foyers
a l’intérieur de la Ligne verte.

Marge d’erreur : 3%

Démarche méthodologique : Un échantillon stratifié de foyers de Cisjordanie
et de la bande de Gaza a été selectionné, en fonction de leur situation
géographique et du type de colonie. Le questionnaire était constitué de
questions fermées.

Cette étude a appliqué les mêmes méthodes d’échantillonnage et les mêmes
techniques d’entretien que l’étude de 2002.

Principaux résultats

1/ Démantèlement de colonies

a) Réaction prévue en cas de décision de démantèlement

 54% s’opposeraient à la decision, dans les limites du respect de la loi (26% en juillet 2002)

 36% se soumettraient à la décision sans resistance (67% en juillet 2002)

 9% pourraient enfreindre la loi (5% en juillet 2002)

 1% pourraient user de violence (2% en juillet 2002)

b) Solution préférée en cas de démantèlement

 74% pensent que l’Etat doit offrir aux personnes évacuées une compensation, et leur permettre de choisir la solution qu’elles préfèrent (59% en juillet 2002)

 9% pensent que l’Etat doit réinstaller les personnes évacuées à l’intérieur de l’Etat d’Israel (sans changement)

 8% pensent que l’Etat doit réinstaller les personnes évacuées dans d’autres zones situées en Cisjordanie et dans la bande de Gaza (9% en juillet 2002)

c) S’ils pouvaient choisir, ou les colons préféraient-ils vivre aujourd’hui?

 71% rester ou ils vivent actuellement

 14% déménager en Israel

 15% déménager dans un autre endroit dans le monde

d) Aux yeux des colons, qui dispose de la légitimité pour décider d’un retrait de la Cisjordanie et de la bande de Gaza?

 64% le gouvernement (54% en juillet 2002)

 26% une autorité rabbinique (30% en juillet 2002)

2/ Positions politiques

 71% pensent qu’il faut parvenir à un accord de paix (55% en juillet 2002)

 44% pensent que les Palestiniens méritent un Etat (19% en juillet 2002)

 47% pensent qu’en définitive, un Etat palestinien sera créé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza (43% en juillet 2002)

3/ Positions sur les sujets spécifiques aux territoires( Les questions de cette section sont posées pour la première fois. Aucune comparaison n’est donc disponible avec l’étude effectuée en juillet 2002)

a) Construction dans les colonies

 46% soutiennent la poursuite de la construction dans les seules colonies existantes

 36% sont en faveur de la construction de nouvelles colonies

 18% pensent que la construction en Cisjordanien et à Gaza doit être gelée

b) Avant-postes non autorisés

 66% pensent qu’ils doivent être évacués

 34% pensent qu’ils ne doivent pas être évacues

c) La « jeunesse des collines »

 57% considèrent la jeunesse des collines comme extrémiste et dangereuse

 43% la considèrent comme l’élite de la jeune generation

d) repésentation des colons

 14% se sentent représentés par les rabbins de Yesha

 12% se sentent représentés par le Conseil de Yesha

 17% ne se sentent représentés par aucun parti

e) Degré de soutien auquel s’attendent les colons de la part de l’opinion
israélienne, en cas de conflit sur les évacuations

 61% pensent qu’ils se retrouveront seuls (75% des habitants en deça de la Ligne verte)

 39% pensent que les citoyens israéliens se tiendront à leurs côtés.

Conclusions

Le démantèlement de colonies est possible dès aujourd’hui :

 La plupart des colons accepteraient une compensation en échange d’une
réinstallation

 Une faible minorité resisterait par la force à une évacuation

Dans les circonstances présentes, les positions de la plupart des colons sur
la réinstallation et les compensations sont réalistes et pragmatiques. La
plupart d’entre eux continuent à considérer que le démantèlement de colonies
en échange de compensations financières constitue une solution correcte si
cela est exigé dans le cadre d’un accord de paix avec les Palestiniens.

L’année écoulée a vu un glissement vers le centre chez la plupart des colons,
et en même temps, une escalade chez la minorité des colons qui se disent
prêts à enfreindre la loi. Seul ce groupe se considère représenté par les rabbins ou par le Conseil de Yesha.

Propositions

1/ Créer un organisme gouvernemental lié au cabinet du Premier ministre et aux ministères des Finances et du Logement, afin de préparer une infrastructure qui gèrera le démantèlement de colonies en échange de compensations. Cet organisme devra également répondre à l’appel des colons qui désirent quitter immédiatement les territoires. Il doit aussi préparer la réinstallation des colons à l’intérieur de l’Etat d’Israël, en ce qui concerne la terre, le logement, et tous les aspects d’une vie à reconstruire.

2/ Puisqu’il est clair pour la plupart des habitants d’Israël qu’un Etat palestinien va être créé sur les territoires, et que la plupart des habitants des colonies préfèrent une solution impliquant un échange réinstallation/compensations (en hébreu : « pinoui/pitzoui »), le gouvernement israélien doit stopper immédiatement ses énormes investissements dans les territoires, et utiliser une partie de l’argent ainsi dégagé pour offrir aux colons des compensations adéquates, afin de faciliter leur retour au sein de l’Etat d’Israël.