Les opinions négatives à l’égard des juifs et des musulmans en hausse en Europe


Pew Global Attitudes Project, 17 septembre 2008

[->http://pewglobal.org/reports/display.php?ReportID=262]

Traduction : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


(Pour voir la totalité de l’étude – en anglais – :
[->http://pewglobal.org/reports/pdf/262.pdf] )

Les attitudes ethnocentrées montent en Europe. Un nombre croissant de
personnes, dans plusieurs pays européens, affirment avoir une opinion
négative à l’égard des juifs. Les opinions négatives à l’égard des musulmans
sont également en augmentation.

Selon une étude effectuée en 2008, 46% des Espagnols ont une opinion
négative des juifs. Même opinion pour un tiers des Russes (34%) et des
Polonais (36%). Les Allemands (25%) et les Français (20%) sont moins
nombreux, quoique leur nombre soit important. Ces pourcentages sont tous
plus élevés que ceux obtenus dans les études de Pew effectuées les années
précédentes. Dans un certain nombre de pays, l’augmentation a été
particulièrement notable entre 2006 et 2008.

La Grande-Bretagne se distingue comme étant le seul pays européen étudié où
il n’y a pas eu d’augmentation des attitudes antisémites : 9% des
Britanniques ont une opinion défavorable des juifs, chiffre qui est resté
largement inchangé ces dernières années. Par ailleurs, un pourcentage
relativement faible d’Australiens (11%) et d’Américains (7%) continuent
d’avoir une opinion négative à l’égard des juifs.

L’opinion à l’égard des musulmans dans la plupart de ces pays est
considérablement plus négative que celle à l’égard des juifs. La moitié des
Espagnols (52%) et des Allemands (50%) interrogés ont une opinion
défavorable des musulmans. Cette opinion est légèrement moins négative en
Pologne (46%) et beaucoup moins négative en France (38%). Environ un quart
des Britanniques et des Américains (23% chacun) ont une opinion négative des
musulmans. De plus, de manière générale, il y a une corrélation claire
entre les attitudes anti-juives et anti-musulmanes : les catégories ayant
tendance à considérer les juifs de façon négative ont la même tendance à
l’égard des musulmans.

Cette tendance négative à l’égard des musulmans en Europe se manifeste
depuis plus longtemps que le sentiment anti-juif croissant. Pour une grande
part, cette montée s’est produite entre 2004 et 2006. Depuis 2006, dans
certains pays, la tendance s’est légèrement inversée.

/…

Il existe un parallèle notable entre les opinions anti-musulmanes et
anti-juives en Europe de l’Ouest : ces deux sentiments se retrouvent le plus
souvent dans les mêmes catégories. Les personnes plus âgées et à bas niveau
d’éducation tendent à être plus antisémites et anti-musulmans que les plus
jeunes ou que ceux dont le niveau d’éducation est plus haut. En examinant
les chiffres combinés pour la France, l’Allemagne et l’Espagne (les trois
pays d’Europe occidentale où les opinions défavorables à l’égard des juifs
sont les plus répandues), on notera que les personnes âgées de 50 ans ou
plus expriment des opinions plus négatives à la fois sur les juifs et sur
les musulmans que celles âgées de moins de 50 ans. Et cela vaut pour les
personnes n’ayant suivi aucun cursus universitaire ou équivalent.

De même, il y a des parallèles sur le plan politique. Les opinions
anti-musulmanes et anti-juives sont plus répandues chez les Européens de
droite. Par exemple, chez les personnes interrogées en France, en Allemagne
et en Italie et qui se situent à droite, 54% expriment une opinion négative
à l’égard des musulmans, contre 42% des personnes qui se situent à gauche et
45% au centre. De même, 34% des personnes de droite ont une opinion négative
des juifs, contre 28% à gauche et 36% au centre.

Parmi les autres sujets traités, le rapport de 2008 se concentre plus
particulièrement sur les sujets liés à la religion. Plusieurs sections
consacrées spécifiquement à des sujets qui concernent les opinions des
musulmans. L’étude a été effectuée en mars et avril 2008 dans 24 pays, un
peu partout dans le monde.

/…

Opinions des musulmans sur le terrorisme

Le déclin du soutien au terrorisme observé par les études de Global
Attitudes ces dernières années se poursuit cette année chez les musulmans du
Nigeria, de Turquie et du Pakistan. Ailleurs, il n’y a pas eu de changement
notable, sauf en Egypte où l’on note une légère augmentation du soutien au
terrorisme.

Depuis 2002, le pourcentage de personnes interrogées affirmant que le
suicide à la bombe et d’autres formes de violence à l’encontre de civils
sont justifiés pour défendre l’Islam contre ses ennemis a décliné dans la
plupart des pays étudiés à forte majorité musulmane. Par exemple, en 2002,
environ les trois-quarts des musulmans libanais affirmaient que ces
attentats pouvaient, souvent ou parfois, être justifiés. Aujourd’hui, ils ne
sont plus que 32%.

Les opinions sur Oussama Ben-Laden ont connu une évolution similaire. Par
exemple, il y a 3 ans seulement, environ six musulmans jordaniens sur dix
(61%) exprimaient un quelconque degré de confiance envers le chef
d’Al-Qaïda. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 19%. En 2003, 20% des
musulmans libanais et 15% des musulmans turcs avaient une opinion positive
de Ben-Laden. Aujourd’hui, les chiffres de Ben-Laden sont tombés en dessous
de 10% dans ces deux pays (Turquie 3%, Liban 2%). Les chiffres demeurent
importants pour les musulmans du Nigeria (58%), d’Indonésie (37%) et du
Pakistan (34%).

Conflit dans le monde musulman

La plupart des musulmans des pays étudiés par Pew continuent de s’inquiéter
de la montée de l’extrémisme islamique, chez eux et à l’étranger. La
majorité des Indonésiens, des Pakistanais, des Tanzaniens, des Libanais, des
Egyptiens, des Jordaniens et des Nigérians se disent inquiets de
l’extrémisme dans leur pays et dans d’autres pays du monde.

Beaucoup se montrent également inquiets des tensions croissantes entre
chiites et sunnites. On considère fréquemment que les tensions entre
sunnites et chiites ne se limitent pas à l’Irak et qu’elles constituent un
problème plus général qui affecte le monde musulman.

Pour beaucoup de musulmans, dans plusieurs pays, une lutte a lieu chez eux
entre les islamistes fondamentalistes et les « modernisateurs ». En Turquie,
en particulier, une majorité large et croissante perçoit un tel conflit,
mais cette idée est également répandue au Liban, en Tanzanie, en Indonésie
et au Pakistan.

Autres résultats

 La France se distingue comme étant la nation la plus laïque de cette étude.
Seuls 10% des Français interrogés considèrent la religion comme très
importante dans leur vie, et 60% affirment ne jamais prier.

 Alors que l’opinion des Européens à l’égard des juifs est devenue plus
négative, de profonds sentiments anti-juifs existent en dehors de l’Europe,
et tout particulièrement dans les pays à forte majorité musulmane. Les
opinions favorables à l’égard des juifs en Turquie, en Egypte, en Jordanie,
au Liban et au Pakistan sont en dessous de 10%.

 Deux piliers de l’islam sont communément pratiqués par les musulmans
interrogés ; la prière et le jeûne. Dans la plupart des pays musulmans
étudiés, une majorité de musulmans prie cinq fois par jour et jeûne la
plupart des jours du Ramadan.

 Les opinions sur le Hamas ont tendance à être négatives au Liban, en
Turquie et en Egypte. La Jordanie est le seul pays à forte majorité
musulmane inclus dans cette étude où une majorité exprime une opinion
positive à l’égard de cette organisation palestinienne radicale.

 L’opinion à l’égard de l’organisation libanaise du Hezbollah est très
largement négative en Turquie. Elle est légèrement positive en Egypte et en
Jordanie. Au Liban lui-même, le Hezbollah jouit d’une popularité
quasi-unanime dans la communauté chiite, mais est très largement impopulaire
chez les sunnites et les chrétiens.

/…