L’entité raciste qui prend le contrôle d’Israël doit être renversée

Thème : Nationalisme et religion

Ha’aretz
mis en ligne le 19 juillet 2011
par Sefi Rachlevsky

Ha’aretz, le 27 février 2011

http://www.haaretz.com/print-editio...

Traduction : Tal Aronzon pour La Paix Maintenant

Les atrocités commises en Libye lancent au monde un message sans équivoque : le patriotisme va de pair avec la démocratie, non avec le régime au pouvoir.

L’indigence de la loi face au rabbin Dov Lior revêt de nombreuses significations, et son refus de déférer à un interrogatoire concernant son soutien à l’ouvrage La Loi du roi - Les condamnations à mort entre les Juifs et les peuples [1], ne touche que de loin au cœur du sujet.

Il y a de cela trente ans, une organisation terroriste connue sous le nom de Réseau juif clandestin fut formée dans le but d’assassiner des Arabes. Le chef des opérations, Mena’hem Livni - qui répondit de multiples accusations de meurtre avant d’être gracié par le pouvoir - attesta à l’époque que l’esprit vivant, l’initiateur, l’instructeur religieux et le coordinateur des meurtres était Lior.

C’était vrai des meurtres perpétrés par le réseau, comme ce l’était de la pression exercée sur les meurtriers afin qu’ils fassent sauter des bus avec leurs passagers [2]. La loi veut que tout commanditaire d’assassinats soit condamné à une peine plurielle à perpétuité [3], additionnée du temps passé à organiser le crime. Mais, par la vertu de consignes venues d’en haut, Lior ne fut jamais incarcéré, jugé ni même interrogé comme il se doit.

Il continua donc : Baruch Goldstein, qui tua 29 musulmans en prières à Hébron, en 1994, voyait en Lior son rabbi et conseiller. Après le massacre au caveau des Patriarches, Lior déclara que « Baruch Goldstein était plus saint que tous les saints de la Shoah ». L’esprit vivant derrière les édits religieux à l’encontre du Premier ministre Yitz’hak Rabin, qui menèrent à son assassinat en 1995, était également, selon des témoignages, Lior. Le meurtrier de Rabin fréquentait Hébron, où il avait coutume de le voir.

Le rabbin Lior n’est pas en prison. À l’heure actuelle, il officie en tant que rabbin communal [4], président d’un tribunal rabbinique et recteur d’une importante yeshivah militaire [5]. Il dirige également le Conseil des rabbins de Judée-Samarie [la Cisjordanie]. Ils sont des milliers à suivre ses ordres, des centaines de milliers à recevoir l’enseignement de son idéologie, et des dizaines de milliers de shekels lui sont versés tous les mois par le contribuable israélien.

Cette ultime aberration n’a rien de fortuit. Le régime a opté pour Lior. Tel-Aviv est un monde imaginaire. De fait, la réalité qui s’instille en Israël est Lior. Sous le roi Lior, Israël a bâti un univers où les Juifs sont des citoyens et les Arabes non, tout à la fois dans les territoires occupés et à Jérusalem ; où un homme juif est un citoyen et son voisin arabe non. La plupart des élèves juifs du primaire sont inscrits dans des écoles ultra orthodoxes ou religieuses. En majorité, ils sont élevés selon les principes de La Loi du roi : Un Juif est un être humain, un non Juif n’en est pas un ; « Tu ne tueras point » ne s’applique pas aux non Juifs. Et cela ne se présente pas comme une incitation à la haine raciale, mais comme le simple énoncé d’un fait. Aussi simple qu’appeler un chat un chat.

Il n’y a là aucun “si“, aucun “et“, ni aucun “mais“. Ou vous êtes avec Lior, ou vous êtes contre lui. Les rabbins qui l’ont élu sont Lior. Le ministre de l’Éducation - qui a visité le caveau des Patriarches main dans la main avec Livni, convaincu de terrorisme et qu’il entend charger de l’éducation des enfants amenés à Hébron - est Lior. Le Premier ministre, qui asservit Israël au monde raciste des implantations, est Lior.

Les atrocités commises en Libye lancent au monde un message sans équivoque : le patriotisme va de pair avec la démocratie, non avec le régime au pouvoir. Les citoyens ont le droit de combattre une loi arbitraire, raciste. Soixante-dix ans après les atrocités survenues en Europe, le message en provenance du Moyen-Orient est clair : une intervention internationale est moralement nécessaire afin d’instaurer la démocratie et les droits civiques et de combattre le racisme et l’oppression.

L’histoire des violences faites aux Juifs aurait dû pousser Israël en tête de cette voie, mais l’Israël officiel a choisi la direction opposée - celle de Lior.

Confronté à l’inanité et l’injustice du système, chacun des citoyens et des amis d’Israël en dehors de ses frontières - juif ou non - devrait soutenir un Israël démocratique conforme aux promesses de la Déclaration d’indépendance, dans les frontières acquises avec l’indépendance et aujourd’hui connues comme celles de 1967. Il faut résister à l’entité raciste qui prend le contrôle d’Israël. Ce pouvoir, lui aussi, doit être renversé.


NOTES

[1] Torath ha-Melekh : Dinei Néfashoth bein Yisrael lé-Amim : le titre hébraïque de ce livre, publié en 2009, a été traduit de cent façons, plus ou moins rigoureuses, dans la presse et sur le Net. “Amim” paraît mieux rendu par “peuples “ (autres, en l’occurrence) que par “non Juifs” et “Dinei Néfashoth”, par “sentences de mort” que par “meurtres”. Les rabbins Dov Lior et Yaakov Yossef ont l’un et l’autre accordé un avant-propos à cet ouvrage accusé d’inciter à la haine raciale.

[2] Leurs passagers arabes (ou palestiniens), pour être précis. Le légendaire maire de Jérusalem, Teddy Kollek, ayant dénoncé l’incurie des services de sécurité face au Réseau juif clandestin, la publication d’un rapport du ministère de la Justice, alors vieux d’une vingtaine de mois, survint enfin - aboutissant en mai 1984 à des arrestations.

[3] La loi française - qui pratique la confusion des peines dans le cadre d’un même procès et assortit, face aux remises de peine, la perpétuité d’une période incompressible pouvant aller jusqu’à 30 ans maximum (sauf exceptions depuis l’instauration en 1994 d’une "perpétuité réelle“ dans certains cas de violences graves contre des mineurs, par exemple) - rend cette formule pour le moins étrange à nos yeux... Un lecteur américain serait moins surpris, dans un pays qui distribue parfois, à coups d’arithmétique, des peines de 400 années de prison. Bel optimisme quant à l’allongement de la durée de la vie !

[4] Dov Lior est le grand rabbin de Hébron et de Kyriat Arba.

[5] La yeshivah de Kyriat Arba en l’occurrence, intégrée dès 1972 au réseau des yeshivoth dites hesder (litt. “arrangement“) ; celles-ci sont sous contrat leur permettant de former des étudiants/soldats qui couplent en un programme de 5 ans service militaire et étude de la Torah. La première yeshivath hesder date de 1953, mais ce n’est qu’après la guerre des Six Jours qu’elles se multiplièrent à un rythme d’abord hésitant, puis accéléré dans les décennies 90 et 2000 - jusqu’à atteindre 68 yeshivoth regroupant 8 500 étudiants/soldats en 2011.