Des Israéliens pleurent les victimes palestiniennes de Beit Hanoun

Thème : Révoltes et questionnements dans la société civile israélienne Initiatives de coopération et de coexistence

Yedioth A’haronoth
mis en ligne le 16 novembre 2006

des faire-parts de deuil (payants) pour les victimes de Beit Hanoun ont été publiés dans Ha’aretz, émanant de citoyens israéliens lambda. Sans oublier que des roquettes Qassam ont fait hier (mercredi) 1 mort et 2 blessés graves à Sderot. Des citoyens israéliens, même minoritaires, auraient-ils entendu l’appel de David Grossman de prendre leur destin entre leurs mains ?

http://www.ynetnews.com/articles/0,...

Yediot Aharonot, 15 novembre

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Des faire-parts de deuil publiés dans Ha’aretz expriment un "profond chagrin" pour les victimes de Beit Hanoun. Edna Kovarski, de Hertzliya, nous déclare qu’elle a publié ce faire-part à cause de la honte qu’elle a ressentie pour ce qu’Israël faisait.

Les lecteurs de Ha’aretz de ces derniers jours ont eu la surprise de découvrir dans la rubrique nécrologique trois faire-parts de deuil émanant de citoyens israéliens, qui expriment leur douleur après la mort de civils à Beit Hanoun, la semaine dernière. Le dernier a été payé environ 650 $ par Edna Kovarski. Celle-ci y écrit à la famille Atamna qu’elle "s’incline de honte et de douleur devant votre lourde perte. Le public israélien lucide est invité à se joindre à ces condoléances."

Edna Kovarski nous a dit que depuis ce matin, elle a reçu des coups de téléphone d’Israéliens qui souhaitent publier des faire-parts similaires dans le journal. "Je l’ai publié à cause de la grande honte que je ressens à l’égard de ce que nous faisons, des morts et des blessés". Les membres de la famille des victimes l’ont appelée pour la remercier de son geste.

Le premier à avoir publié pareil faire-part de deuil a été Moshé Simhovich de Jérusalem. Selon lui, après avoir déambulé pendant deux jours, frustré en blessé à cause des événements à Beit Hanoun, il avait décidé d’agir : "J’ai pensé que ce qui s’était passé à Beit Hanoun était un crime de guerre. J’ai décidé de publier un faire-part, car j’ai pensé qu’une lettre à la rédaction ne serait pas publiée."

Mr Simhovich, 71 ans, dit qu’il a été approché par un certain nombre de personnes ces derniers jours, qui se sont senties en phase avec le contenu de son encart, et ont demandé à en publier davantage. "Les gens qui suivent la voie que j’ai choisie sont des gens ordinaires, des retraités, qui, je pense, pourraient faire autre chose de leur argent. Les gens sont concernés, et j’ai beaucoup de respect pour cela."

Il a évoqué également l’attaque fatale qui a touché Sderot ce mercredi matin, et dit que, malheureusement, son faire-part est maintenant enterré profondément sous Sderot, et que si ces attaques ne s’étaient pas produites, son encart aurait pu faire du bruit. "Les Palestiniens se sont tiré une balle dans le pied. J’ai pissé face au vent, et ce vent est finalement devenu une tempête."

Moshé Simhovich est convaincu qu’il y aura d’autres représailles et d’autres victimes innocentes. "Maintenant, Tsahal va y aller, il va tirer plus d’obus et plus de civils vont mourir et les tueries vont continuer. Je pense que nous devons faire preuve de retenue, nous mordre les lèvres, et aller voir les Palestiniens avec une offre qu’ils ne pourront pas refuser."

NB : en suivant le lien mentionné en début d’article, vous pourrez voir un fac-similé de l’un de ces faire-parts